bondi_visuel_chapo2

Exposition "Objects as actants" - Bianca Bondi

  • Monographie

du 12/03/2022 au 22/05/2022

commissariat de l'exposition : Marie Cozette

ENGLISH VERSION BELOW

Bianca Bondi, "Still Waters", 2020, installation in-situ
Bianca Bondi, Still Waters, 2020.
Installation in-situ, vue de l’exposition « Still Waters - Scrying in Astral Ponds », Le Parvis, Tarbes, 2020.
Crédit photo : Bianca Bondi. Courtesy de l’artiste et la galerie mor charpentier, Paris

Entre féérie et apocalypse, les installations et sculptures de Bianca Bondi plongent le spectateur dans un univers étrange et familier, où s’entremêlent passé, présent et futur. Comme dans un rêve éveillé ou une dérive intérieure, ses œuvres suspendent les frontières entre monde astral et terrestre, espaces des vivants et des morts, visible et invisible.
Travaillant la plupart du temps en lien avec un site, son aura et son archéologie secrète, Bianca Bondi dessine des paysages sur mesure pour les espaces dans lesquels elle intervient. Jardins, fontaines, chambres, sont transfigurés par différents phénomènes chimiques, climatiques, olfactifs, sonores ou lumineux.
L’installation que Bianca Bondi produit spécifiquement pour le premier étage du Crac Occitanie est le fruit d’une résidence de trois semaines, en partenariat avec la cité scolaire Paul Valéry de Sète, qui l’accueille au mois de février pour un temps de création, en immersion dans la ville.
Bianca Bondi, "The Sacred Spring and ...", 2019
Biance Bondi, The Sacred Spring and Necessary Reservoirs, 2019.
Installation spécifique, techniques mixtes (sel, eau salée, cuivre, néon..)
dans les ex-usines Fagor Brandt pour la 15ème édition de la Biennale de Lyon.
Courtesy de l’artiste et de la galerie mor charpentier, Paris.

Depuis une dizaine d’années, elle utilise des matériaux éphémères et organiques comme la cire, les végétaux, la spiruline, les épices et surtout le sel qui est devenu son matériau de prédilection, à la fois pour sa forte charge symbolique et pour ses propriétés chimiques. Présent dans les religions et les pratiques spirituelles et païennes, il est associé à une fonction protectrice et écarte le mauvais oeil. Outre sa dimension sacrée, il est aussi une composante essentielle des fluides corporels. Paradoxalement, le sel corrode, oxyde, et modifie durablement les objets qu’il recouvre dans les installations de Bianca Bondi.
Ce qui peut apparaître comme une destruction progressive relève plutôt d’un potentiel de transformation et de régénération. L’artiste parle même de «transfert d’énergie» entre les éléments. Ainsi les installations de Bianca Bondi sont-elles en métamorphose permanente : on peut y voir des objets en cuivre qui se recouvrent de tâches bleutées, des squelettes d’animaux envahis de cristaux, de l’eau qui oscille lentement du violet au pourpre. De même ses vitrines, qu’elle décrit elle-même comme des «natures mortes vivantes», consistent en de savants amalgames d’objets trouvés et personnels, de reliques, de plantes, recouverts de cristaux, de tâches et d’oxydation. Encapsulés et comme suspendus dans un temps gelé, ces micro-paysages sont en fait en constante évolution.
Bianca Bondi maitrise l’alchimie des matières qu’elle utilise, elle apprend de plus en plus à les connaître mais pour une large part les objets organiques ou inorganiques qu’elle convoque ont leur vie propre, en dehors de tout contrôle humain. Ainsi les «objets actants» dont il est question dans le titre de l’exposition, terme emprunté au philosophe Bruno Latour, rappellent que tout objet est acteur à part entière du monde, dans une écologie politique qui implique la coévolution de tous les êtres, humains et non-humains. De là l’imprévisibilité fondamentale qui est le moteur des installations de Bianca Bondi : les substances s’y parasitent, et ce faisant entrent en relation, se connectent, créent de nouvelles alliances, avec ou sans nous.

Marie Cozette
Partenaire de l’exposition :

L’installation que Bianca Bondi produit spécifiquement pour le premier étage du Crac Occitanie est le fruit d’une résidence de trois semaines, en partenariat avec la cité scolaire Paul Valéry de Sète, qui l’accueille au mois de février pour un temps de création, en immersion dans la ville.


Banca Bondi, "Red List Amazon River Dolphin", 2021
Bianca Bondi, Red List Amazon River Dolphin (The Fall and Rise) et
Red List Hector’s Dolphin (The Fall and Rise), 2021.

Sculptures en résine et fibre de verre, sel.
Vue de l’exposition « Underland », galerie mor charpentier, Paris, 2021.
Photo : François Doury. Courtesy de l’artiste et de la galerie mor charpentier, Paris.

ENGLISH VERSION

Between fairytale and apocalypse, Bianca Bondi’s installations and sculptures plunge the viewer into a universe both strange and familiar, where past, present and future intermix. As if in a waking dream or inner drift, her works suspend the boundaries between the astral and earthly worlds, realms of the living and the dead, the visible and invisible.
The installation that Bianca Bondi is producing specifically for the first floor of the Crac Occitanie is the fruit of a three-week residency, in partnership with La cité scolaire Paul Valéry in Sète, which is welcoming her in the month of February for a period of creation while immersed in the city.
Working in connection to the exhibition site, its aura and its secret archaeology, Bianca Bondi proposes custom-made landscapes for the spaces in which she intervenes. Gardens, fountains and rooms are transfigured by the use of various chemical, climatic, olfactory, sound and light phenomena. For over a decade, she has been using ephemeral and organic materials like wax, plants, spirulina, spices and especially salt, which has become her material of choice, both for its strong symbolism and its chemical properties. Present in religions as well as in spiritual and pagan practices, it is associated with a protective function, and repels the evil eye. In addition to its sacred dimension, it is also an essential component of body fluids. Paradoxically, salt corrodes, oxidises and permanently alters the objects it covers in Bianca Bondi’s installations.
What can seem like a gradual destruction stems rather from a potential for transformation and regeneration. The artist even speaks of an “energy transfer” between the elements.
Bianca Bondi’s installations themselves undergo a continuous metamorphosis: one sees copper objects becoming covered in bluish stains, animal skeletons invaded by crystals, water that slowly turns from purple to crimson. Likewise, her showcases, which she herself describes as living still lives, consist of skilful amalgamations of found and personal objects, relics, plants, covered in crystals, stains and oxidation. Encapsulated and as if suspended in a frozen time, these micro-landscapes are in fact constantly evolving.
Bianca Bondi masters the alchemy of the materials she uses. She is getting to know them more and more, but for the most part, the organic or inorganic objects she summons have their own life, beyond of all human control. Thus the “actant objects” evoked in the exhibition title—a term borrowed from philosopher Bruno Latour—remind us that every object is a fully-fledged actor of the world, in a political ecology that involves the co-evolution of all beings, human and nonhuman. This is the source of the fundamental unpredictability that is the driving force behind Bianca Bondi’s installations: substances parasitise them, and in so doing, establish relations, connect to one another, and create new alliances, with or without us.
Marie Cozette
Exhibition partners :

The installation that Bianca Bondi is producing specifically for the first floor of the Crac Occitanie is the fruit of a three-week residency, in partnership with La cité scolaire Paul Valéry in Sète, which is welcoming her in the month of February for a period of creation while immersed in the city.





Haut de page

CRAC

CRAC OCCITANIE
LE CENTRE RÉGIONAL D'ART CONTEMPORAIN
OCCITANIE / PYRÉNÉES-MÉDITERRANÉE

Ouvert tous les jours de 12h30 à 19h
Le week-end : de 14h à 19h
Fermé le mardi
Open weekdays from 12.30 p.m. to 7 p.m., except on Tuesdays
and on the weekend from 2 p.m. to 7 p.m.

Fermetures annuelles :
1er mai, 25 décembre et 1er janvier.
Annual closures :
1st of May, 25th of December and 1st of January.

Entrée gratuite / Free entrance

L'accès au centre d'art est soumis aux mesures sanitaires en cours:
merci de respecter les gestes barrières, le port du masque est conseillé.

During your visit, social distancing rules and preventive measures must be respected,
mask wearing is recommended.

26, Quai Aspirant Herber
34200 SÈTE - France
crac@laregion.fr

Tel : +33 04 67 74 94 37

Inscription à la newsletter Pour vous inscrire
à la lettre d'information du Crac,
envoyez-nous un courriel !
To subscribe to the newsletter,
send us an e-mail!


Sur les réseaux sociaux :
Page Facebook du Crac Profil Instagram du Crac Profil Twitter du Crac

Le Crac Occitanie est membre de :

d.c.a. l'association française des centres d'artl'Association française de développement des centres d'art

Air de Paris le réseau art contemporain en Occitanie
le réseau art contemporain en Occitanie


>> Téléchargez le
guide Plein Sud 2022



le réseau arts visuels du Sud

LMAC Midi-Pyrénées, Laboratoire Médiations Art contemporain

Partenaires :
Toute La Culture. Olé, le magazine de l'actualité culturelle Aude - Hérault

RTS, la radio du sud