Samuel Gratacap - 1

La Chance - Samuel GRATACAP

  • Project Room

du 24/05/2014 au 09/06/2014

 

Commissaire : Noëlle Tissier - Commissaire associé : Gilles Favier - Photographe de l'exposition : Samuel Gratacap

Vernissage : Mercredi 28 mai 2014, à 16 h 00 dans le cadre du Festival ImageSingulières 2014 à Sète

Visite de l'exposition en présence de l'artiste Jeudi 29 mai à 14h30

“ La chance ” - exposition du CRAC ( festival ImageSingulières ) Marseille-Lampedusa (2007-2010)

En 2007, alors que j’étais étudiant à l’école des beaux-arts de Marseille, j’engageais un travail photographique dans le centre de rétention administrative du Canet, à Marseille. À l’origine de mon entrée dans le CRA du Canet, le désir de comprendre les conditions d’enfermement et le système judiciaire de la France à l’égard des “sans-papiers”. J’avais l’impression que je m’éloignais d’une réalité à travers la lecture des journaux et la publication de chiffres ou d’images voilées, témoignages anonymes et impersonnels.

Je voulais aller à la rencontre d’une réalité à l’échelle de l’humain, lui rendre une visibilité, définir les contours des histoires particulières au delà des logiques de masse, de flux et de chiffres. Ce premier travail a donné lieu à un ensemble textes/images intitulé “ Retenus, témoignages et portraits ” (2007-2008). Trois ans plus tard, en 2010, je décidais de partirsur l’île de Lampedusa, curieux de rencontrer ses habitants et revenir sur les traces des personnes rencontrées àMarseille. L’ île était déserte, en période de basse saison, et les migrants n’arrivaient plus du fait des accords bilatéraux passés entre l’Italie, la Libye et la Tunisie.

 

Lampedusa- Zarzis (2011-2012)

Suite à ma venue à Lampedusa à la fin de l’année 2010 et au soulèvement du peuple tunisien au mois de janvier 2011, je decidais de “passer de l’autre côté”, en Tunisie, pour comprendre les conséquences de la révolution sur la société civile et observer la réorganisation de la vie politique sur place après 24 années de dictature. Après Tunis, je me suis rendu à Zarzis, ville portuaire du sud qui fut le théâtre d’embarquements massifs vers Lampedusa au moment de la révolution.Zarzis était déserte, vidée de ses touristes et d’une partie sa jeunesse. Deux jeunes sur trois avaient tenté la traversée ou en envisageaient la possibilité. Pas de travail, peu de perspectives, la traversée coûtait entre 500 et 1000 euros et s’offrait aux jeunes comme “ la chance ”...

 

ImageSingulières 2014

Haut de page

CRAC

CENTRE RÉGIONAL D'ART CONTEMPORAIN OCCITANIE / Pyrénées-Méditerranée

26, Quai Aspirant Herber
34200 SÈTE - France

crac @ laregion.fr
Tel : 33 (0) 4 67 74 94 37
fax : 33 (0) 4 67 74 23 23

Horaires d’ouverture :

Ouvert  tous les jours sauf le mardi, de 12h30 à 19 h - Samedi, dimanche de 14 h à 19 h.

Fermeture de fin d'année : Le Centre d'Art sera fermé les 25 décembre 2017 et 1er janvier 2018 - Le Centre d'Art fermera ses portes exceptionnellement à 17 heures, les 24 et 31 décembre 2017.

 

NEWSLETTER N°30 NOVEMBRE 2017 : ICI

 

VERNISSAGE CE SOIR 18H30

 

Philippe PERRIN Nunchaku, 2014 @CRAC OCCITANIE Sète




Membre de d.c.a. association française du Développement des Centres d'Art

 

MEMBRE DU Réseau d'ARt contemporain     en Région occitanie