Claude Lévêque - The diamond sea - 2010

The diamond sea - Claude Lévêque

  • Monographie

du 03/07/2010 au 03/10/2010

Commissaire :  Noëlle Tissier

Claude Lévêque nous invite à un voyage onirique et féérique.

C’est la première fois depuis la création du centre d’art, que nous invitons à Sète un seul artiste à investir les lieux. Une première donc, pour un artiste d’envergure et une installation hors du commun. Avec The Diamond Sea, Claude Lévêque, qui nous a fait l’immense joie de répondre à une invitation envisagée depuis longtemps, réalise in situ une oeuvre inédite, avec sa démesure et celle du CRAC, anciens entrepôts frigorifiques de 1200 m2. Avec un dispositif, à la fois visuel et sonore composé de 9 oeuvres, The Diamond Sea, de Claude Lévêque s’inscrit dans la continuité de sa proposition le Grand Soir présentée en 2009 à la dernière biennale de Venise, tout en s’en différenciant.


Et comme bon nombre d’oeuvres de cet artiste de renommée internationale, les décrire n’a que peu de sens. C’est un voyage que nous propose Claude Lévêque. Une oeuvre totale, qui nous prend, nous saisit, nous dérange, nous séduit. Un parcours dans lequel on avance, pas à pas. Une oeuvre dans laquelle on se perd. Avec The Diamond Sea, il nous plonge à la fois dans l’univers de la mer, du miroitement, en parfaite syntonie comme à son habitude avec l’architecture des lieux mais aussi leur inscription dans un paysage géographique, à Sète. Ici, il nous propose un voyage imaginaire et poétique, un conte de fée, teinté des références littéraires, musicales, esthétiques, légendaires, qui sont les siennes. Une traversée labyrinthique dans un monde onirique, un monde de reflets, de miroitements et d’illusions, de danger aussi, où les chimères semblent être des réponses possibles à la réalité inextricable du monde dans lequel nous vivons.

"The diamond sea" © Claude Lévêque - 2010  - vidéo © Armand Morin, 2010 format flv, 512x288 pix, 9'44" - 42.5M°

"The diamond sea" © Claude Lévêque - 2010 Réalisation vidéo © Armand Morin, 2010 - format flv, 512 x 288 px, 9'44" - 42.5M°


 

 

The Diamond Sea

“How does your mirror grow you better watch yourself when you jump into it

'cause the mirror's gonna steal your soul”

Sonic Youth, The Diamond Sea


Tout d’abord, souvenons-nous de l’eau de la mer et des canaux, qui, jours et nuits, agitée ou calme, diffracte la lumière dans une infinité de reflets. Ces étendues irrégulières, houleuses sont telles les faces d’un diamant. Une eau trouble, pourtant cristalline et chatoyante. Un miroir instable aux éclats lumineux. Point de départ, le titre de l’exposition, évoque la mer comme surface scintillante, un infini en perpétuel mouvement. Débute ici un monde chimérique, “une représentation de la mer avec ce qu’elle peut avoir d’imaginaire, de dramatique, d’onirique.” Le développement de chaque salle est comme l’étape d’une aventure dans l’univers des mythes et légendes marines ; le chapitre d’un récit habillé de rêves. Claude Lévêque fabrique des installations, des dispositifs, liés aux caractéristiques essentielles de l’espace : son histoire, sa fonction, sa matérialité. Il est “attentif à la relation des lieux avec l’extérieur, à la façon dont les gens se déplacent dans l’espace”, pour ne pas se situer dans une attitude contemplative : ses “installations ne sont pas faites pour être regardées, mais vécues”, le visiteur devenant l’acteur de la scène proposée.

 

Il souhaite agir sur nos perceptions pour voir comment nos pensées, nos corps réagissent face à des pièges à sensations. Il crée des mises en situation sensorielle, impliquant nos affects et nos sens, s’amuse "à provoquer des réactions qui, inattendues, nous marquent. Ces actions permettent d’exciter l’imaginaire, de voir le monde autrement.” Par l’impact de ces déstabilisations, il réintroduit une évidente puissance de la magie et du sensible, qu’il combine à la répulsion : “Ce que j’aime, c’est jouer avec des éléments de spectacle qui attirent et aubout desquels il y aurait quelque chose de l’ordre de la menace.” Le visiteur parcourt un espace aux effets spéciaux standards et bricolés, avec peu d’éléments et un vocabulaire formel très économe, saturés de lumière qui nous immerge, nous irradie. Il travaille sur le motif et la séduction de la féerie, pour “mixer des situations hybrides entre l’art minimal et l’esthétique de la fête foraine.” Ces éléments féeriques sont directement préhensibles, saisissables – licorne, bateau, carabine… -, des formes primaires qui nous permettent d’aller à l’essence de ces images. C’est à partir de ces lieux communs que Claude Lévêque va renverser notre appréhension première et métamorphoser des situations / images identifiables. En utilisant des archétypes il joue avec l’ambiguïté de la facilité de reconnaissance, travaille notre mémoire collective pourvenir éveiller chez nous le primaire, le pulsionnel ou la révolte et ces “passions que l’on croyait disparues.”

Timothée Chaillou

Editions

Haut de page

CRAC

CENTRE RÉGIONAL D'ART CONTEMPORAIN OCCITANIE / Pyrénées-Méditerranée

26, Quai Aspirant Herber
34200 SÈTE - France

crac @ laregion.fr
Tel : 33 (0) 4 67 74 94 37
fax : 33 (0) 4 67 74 23 23

Horaires d’ouverture :

Ouvert  tous les jours sauf le mardi, de 12h30 à 19 h - Samedi, dimanche de 14 h à 19 h.

 

 

 

 

Le centre d'art sera fermé pendant l'accrochage de la prochaine exposition collective Tempête du Lundi 25 septembre au Vendredi 24 novembre 2017 à 18h30, jour du vernissage.

 

Invitation au CRAC de Carole Delga - mardi 18/7/2017 19h


Membre de d.c.a. association française du Développement des Centres d'Art

 

MEMBRE DU Réseau d'ARt contemporain     en Région occitanie