Envoyer à un ami |  Imprimer | Contraste | A+ | A- | A=

Artistes

Ab intestat, Work in Progress, Eugène Pelletier - Enlèvement de la 205 sur la D612 juillet 2011 © Eugène Pelletier

Eugène Pelletier

Né(e) en au 20ème siecle
Vit et travaille à Paris

 

A travers des déconstructions et des déplacements, dans une hésitation entre création et destruction, le travail de Eugène Pelletier interroge les productions de notre temps et explore les rapports qu’entretient notre société avec la construction. Le sens que ces productions véhiculent comme le projet de société qu’elles énoncent constituent les problématiques d’une pratique qui s’articule autour des notions de progrès, de pérennité, d’Histoire, d’échec et de réussite sociale, se livrant comme l’expression et la tentative de dépassement des tensions et des incertitudes qui marquent notre époque.

Ce travail trouve généralement sa résolution dans des formes contextuelles, installations, interventions, performances, s’inscrivant dans un environnement qui devient sujet et support d’expérimentation. L’enjeu de sa pratique réside alors davantage dans les gestes et les dialogues qu’elle engage, que dans les formes qui en résultent.

Le travail de Eugène Pelletier s’inscrit dans un contexte pris en considération comme environnement social dont il s’agit de révéler les enjeux et le fonctionnement. Préférant une forme d’action ou d’activité à la production d’objets finis, les interventions qu’il réalise entraînent un détournement et une prise en main de ces environnements. Il démontre ainsi que leur apparente neutralité est formalisée par un système normalisant dont le détournement permet d’y porter un nouveau regard.

Le capitalisme, tel que l’envisage Joseph Aloïs Schumpeter est basé sur une économie concurrentielle qui implique que la rentabilité d’une entreprise puisse être déstabilisée par l’arrivée de nouveaux entrepreneurs dans son secteur d’activité. Il nomme ce principe économique la destruction créatrice car la disparition d’un produit ou d’un service y est engendrée par l’innovation. Ce sont ces termes que Eugène Pelletier retourne pour envisager sa pratique comme celle d’une "création destructrice", consistant à détourner et à prendre en main le fonctionnement cyclique sur lequel se fonde notre société pour y introduire un déraillement, un acte créatif, synonyme d’une autre relation et d’un nouveau regard porté sur l’environnement social. François Aubart

 

Biographie

Ab intestat, 2011 work in progress

30 septembre 2011, toute la journée sur le parvis du centre d'art,

Ce travail est l'inhumation d'une épave trouvée au bord d'une départementale. Le lendemain de sa découverte, après avoir chargé le véhicule calciné dans un semi-remorque et transporté dans un garage, la carcasse se voit prodiguer une succession de soins "post mortem" en vue de sa mise en terre.

Transposant à l'automobile les gestes séculaires de la thanatopraxie, le véhicule est vidé de ses cendres, nettoyé au karcher, bricolé sommairement, puis repeint au pistolet afin de donner l'illusion d'une carrosserie sortant d'usine. Accompagné d'un faire-part dans la rubrique nécrologique d'un quotidien local, la dépouille de la voiture ravalée sera exposée publiquement sur le parvis du CRAC toute la journée du vendredi 30 septembre 2011, puis emballée dans du film étirable, et enterrée dans une friche, le lirnanche 2 octobre 2011, à Creissan (34).

 

Ab intestat, la pièce qu'il présente au CRAC à Sète, est une épave de voiture recueillie au bord d'une départementale, épave que l'artiste nous invite à célébrer avant de procéder à son inhumation.

Comme pour Mirador (2010), pièce de huit mètres de haut qu'il réalise à partir de débris de bois face au mur d'une décharge à Colomiers et qu'il abat, à peine achevée, livrant ses restes à la déchetterie qui les recyclera en plaques d'aggloméré, l'œuvre se situe dans cette ambivalence entre création et destruction omniprésente dans son travail.

La voiture abandonnée a été "reconstruite" avec soin, mais son épilogue sera d'être ensevelie.

Haut de page

CRAC

CENTRE RÉGIONAL D'ART CONTEMPORAIN OCCITANIE / Pyrénées-Méditerranée

26, Quai Aspirant Herber
34200 SÈTE - France

crac @ laregion.fr
Tel : 33 (0) 4 67 74 94 37
fax : 33 (0) 4 67 74 23 23

Horaires d’ouverture :

Ouvert  tous les jours sauf le mardi, de 12h30 à 19 h - Samedi, dimanche de 14 h à 19 h.

 

 

 

 

Le centre d'art sera fermé pendant l'accrochage de la prochaine exposition collective Tempête du Lundi 25 septembre au Vendredi 24 novembre 2017 à 18h30, jour du vernissage.

 

Invitation au CRAC de Carole Delga - mardi 18/7/2017 19h


Membre de d.c.a. association française du Développement des Centres d'Art

 

MEMBRE DU Réseau d'ARt contemporain     en Région occitanie