Envoyer à un ami |  Imprimer | Contraste | A+ | A- | A=

Artistes

Brice Dellsperger - Body Double X

Brice Dellsperger

Né(e) en 1972
à Cannes
Vit et travaille à Nice et Paris




Body Double X, 1998-2000
Courtesy Air de Paris, Paris



Brice Dellsperger reprend et recycle à son compte des scènes de films. De cinématographie. Body Double X est le ‘’remake’’ d’un film d’Andrzej Zulawski, L’important c’est d’aimer (1975), avec Romy Schneider, Fabio Testi, Jacques Dutronc, et Klaus Kinski . L’important, ce n’est pas d’aimer le film de Zulawski. On peut même regarder l’augmentation qu’en a fait Dellsperger sans avoir jamais rien connu de l’original. […] Il confie à son propos : " On voulait vider la fiction, pomper toute l’énergie du film, qu’elle ne soit plus qu’une enveloppe vide ". Brice Dellsperger opère par stratification, superposition de plans et collage de vignettes. Il use l’image à force d’épaisseur, afin que cette épaisseur devienne le théâtre d’une abstraction. Constater l’image : l’image ne semble rien vouloir que continuer de signifier ce qu’elle signifiait auparavant. Pauvrette… Mais elle n’essayera pas longtemps, car la signification s’enfouie, à chaque pelletée, un peu plus profond. Elle rejaillit cependant parfois ailleurs, transformée, fatiguée et grandie à la fois. Elle rejaillie dans les marges par le truchement de ces personnes trop maquillées, aux seins trop hauts, juchées sur d’excessifs talons. Tout ce qu’il pourrait y avoir d’apparemment grotesque là-dedans, dès les premières mesures du film, se fait oublier très vite. L’œil s’accoutume. Seule demeure cette espèce d’ivresse formelle et stupéfiante, vacillante à l’écran, qui ne parvient jamais à se fixer sur aucun objet réel. Sinon sur la figure du travesti, portée au pinacle de toutes les productions de Brice Dellsperger, qui n’appartient pourtant à aucun registre dramatique connu. […] Body Double (X) est une forteresse complexe et versatile, on l’aura compris, et le rouage qui meut de long en large tout l’édifice se nomme Jean-Luc Verna. Il interprête tous les rôles. On reconnaît sa duplicité à ce qu’elle change de postiche et d’atours au gré de ses incarnations. On reconnaît ses bras, ses mains aux constellations qui en rehaussent le velouté. Il est, tout au long du film, son propre et seul interlocuteur sous des tignasses éclectiques. Parfois médiatisé par ce masque semi-mortuaire et plein de la morgue de lui-même qu’en latex on lui moula, il se donne la réplique. D’autres fois, éparpillé dans le feuilleté des surfaces de l’interprétation, il ne parle à à personne de vivant. Il monologue plusieurs fois, simultanément, toujours en play-back. Jean-Luc Verna est ce nœud autour de quoi pirouette (au sens propre comme au sens figuré) le décor d’un drame déjà compromis par d’autres, auparavant. Regarder ces tables, ces carpettes amovibles, ces cheminées mobiles s’agitant à contre-temps des acteurs. Les corps se meuvent comme en apesanteur. Les meubles et les gens semblent en permanence pris dans des tourmentes complémentaires, dans d’étranges confusions asynchrones. Si bien qu’au bout du compte on ne discerne plus qu’une chose : Jean-Luc Verna interprétant tout le film-pour-lui-même, le film pour le film, jusque dans ses moindres recoins. 

Maxime Matray

Haut de page

CRAC

CENTRE RÉGIONAL D'ART CONTEMPORAIN OCCITANIE / Pyrénées-Méditerranée

26, Quai Aspirant Herber
34200 SÈTE - France

crac @ laregion.fr
Tel : 33 (0) 4 67 74 94 37
fax : 33 (0) 4 67 74 23 23

Horaires d’ouverture :

Ouvert  tous les jours sauf le mardi, de 12h30 à 19 h - Samedi, dimanche de 14 h à 19 h.

 

 

 

 

Le centre d'art sera fermé pendant l'accrochage de la prochaine exposition collective Tempête du Lundi 25 septembre au Vendredi 24 novembre 2017 à 18h30, jour du vernissage.

 

Invitation au CRAC de Carole Delga - mardi 18/7/2017 19h


Membre de d.c.a. association française du Développement des Centres d'Art

 

MEMBRE DU Réseau d'ARt contemporain     en Région occitanie