Envoyer à un ami |  Imprimer | Contraste | A+ | A- | A=

Artistes

Exposition collective LA TEMPÊTE © CRAC OCCITANIE, Sète - Douglas Gordon - 25.11.2017 au 11.03.2018

Douglas Gordon

Né(e) en 1966
Vit et travaille à Paris

 

Douglas Gordon, d'origine écossaise a étudié à Glasgow de 1984 à 1988, puis à Londres, de 1988 à 1990 à la Slade School of Art.

Il présente sa première exposition personnelle en 1986, obtient le Turner Prize en 1996. C’est la première fois que ce dernier est attribué à un artiste vidéo.

Connu surtout comme un artiste vidéo, Douglas Gordon utilise des formes variées d'expression: projections vidéos, photographies, installations et textes muraux.

"Il est sans doute l’un des artistes qui rejette le plus vigoureusement la notion de style personnel. Il travaille sur l’appropriation d’images qu’il détourne, met en scène dans un contexte différent1." Dans cette optique les expositions deviennent l’élément essentiel de l’expression de l’artiste.

En 1998, il obtient le deuxième Prix Hugo Boss.

En 2000 au Musée d'Art Moderne de Paris, il invente un dispositif global sur le thème de la dualité: une double entrée, à laquelle succède un double corridor jusqu'à la spirale finale et un "aquarium" comme axe, début et fin tout à la fois.
Le visiteur est amené à définir son propre parcours, à faire un choix entre la gauche et la droite, entre le bien et le mal, peut-être. le spectateur traverse d'abord l'un des deux rideaux d'Off Screen (1998) pour découvrir dans l'un ou l'autre couloir une série de vidéos, réalisées depuis 1994 (notamment Blue et Hand and Foot), qui dessine avec des fragments du corps de l'artiste une réalité ambivalente particulièrement troublante, entre violence et "tendresse".

La série The Blind Star (2002) rassemble des photos découpées représentant des grandes célébrités de Hollywood pendant les années quarante et cinquante, comme Gary Grant, Kim Novak, Bette Davis ou Marilyn Monroe. En énucléant les portraits de ces vedettes, l'artiste questionne une fois de plus le rapport au regard, mais aussi à l'idée de vue dans une nouvelle version homérienne. Le point de départ des classiques hollywoodiens n'est pas innocent car il interroge cette mémoire visuelle et ses rapports à la fiction.

En 2011, il présente Phantom, constitué d'un néon, et deux installations. Le néon, Unfinished, où les mots « Je suis le nombril du monde », ont été détruits par l’artiste. Les restes du néon continuent d’être allumés, comme le constat d’une fragilité assumée de l’artiste qui s’expose au monde. L’installation: I am also Hyde, dans un va-et-vient entre mémoire collective et personnelle, met en scène 400 cadres, où il est question du regard de l'artiste sur lui même, et du coté obscur de la condition humaine. Cette œuvre est avant tout une installation autobiographique, où se déploient des images, des photos, des dessins, ainsi que des objets personnels de l’artiste. Pour la première fois, Douglas ne s’approprie pas des éléments de la culture populaire, mais livre sa propre histoire.
Dans l’installation Phantom, qui donne son nom à l'ensemble, le dispositif se compose d’un écran où est diffusée une vidéo, une estrade, des miroirs sur les murs de l’espace plongé dans le noir, et un piano à queue. La vidéo projetée au sein de cette installation résulte de l’invitation lancée par l’auteur-compositeur-interprète Rufus Wainwright. Dans un rapport frontal, presque animal, Douglas amène le spectateur dans un lieu métaphorique d’une expérience mentale et physique presque mystique. Les miroirs disposés à l’intérieur de l’espace, ainsi que le piano à queue amplifient la théâtralité du dispositif, et décuplent le caractère étrange de cet oeil, l’œil de Rufus capté par l’artiste.

Exposition collective : La TempêteDouglas Gordon25.11.2017 > 11.03.2018

Exposition La Tempête © CRAC OCCITANIE Sète - Douglas Gordon
Exposition collective : La Tempête © CRAC OCCITANIE Sète - Douglas Gordon, Piano Studies into the past 1 - Courtesy Galerie Perrotin

 

 

 

 

Exposition collective (Légende) - 26.10 > 31.12.1997 - Douglas Gordon, « From God to nothing » (de Dieu à rien),1997.

 

(légende) - Douglas GORDON, « From God to nothing »
(légende) - Douglas GORDON, « From God to nothing » (de Dieu à rien) - (détails), 1997, 150 peurs, 3 ampoules, peinture bleue. Coll. FRAC LR

Expositions

Editions

Haut de page

CRAC

CENTRE RÉGIONAL D'ART CONTEMPORAIN OCCITANIE / Pyrénées-Méditerranée

26, Quai Aspirant Herber
34200 SÈTE - France

crac @ laregion.fr
Tel : 33 (0) 4 67 74 94 37
fax : 33 (0) 4 67 74 23 23

Horaires d’ouverture :

Ouvert  tous les jours sauf le mardi, de 12h30 à 19 h - Samedi, dimanche de 14 h à 19 h.

Fermeture de fin d'année : Le Centre d'Art sera fermé les 25 décembre 2017 et 1er janvier 2018 - Le Centre d'Art fermera ses portes exceptionnellement à 17 heures, les 24 et 31 décembre 2017.

 

NEWSLETTER N°30 NOVEMBRE 2017 : ICI

 

VERNISSAGE CE SOIR 18H30

 

Philippe PERRIN Nunchaku, 2014 @CRAC OCCITANIE Sète




Membre de d.c.a. association française du Développement des Centres d'Art

 

MEMBRE DU Réseau d'ARt contemporain     en Région occitanie