Envoyer à un ami |  Imprimer | Contraste | A+ | A- | A=

Artistes

Joao Penalva

João Penalva

Né(e) en 1949
à Lisbonne
Vit et travaille à Londres

 

 

Violette Avéry, 2000



João Penalva est plasticien mais aussi écrivain, acteur, traducteur, et même détective. A travers son œuvre, il saisit l’opportunité de se mettre en scène au cœur d’une histoire construite autour de différents personnages réels et fictifs. Mêlant l’authenticité d’un récit et l’imaginaire qu’il véhicule, le visiteur se trouve immergé dans une narration construite à partir de divers documents : photos, films, dessins sélectionnés par l’artiste lors de ses recherches. On retrouve ainsi João Penalva dans le rôle d’un marchand d’art, d’une actrice ou bien encore d’un danseur. Les documents retracent l’évolution de l’œuvre, les rencontres, les hasards qui l’ont justifié et réunissent, ainsi, " faits " et " fictions " dans une intrigue complexe qui oblige le visiteur à un travail d’imagination et de construction de son propre scénario. Dans la double projection présentée ici, l’artiste reconstitue la vie de Violette Avéry, auteur peu connue de nouvelles érotiques et traductrice professionnelle et la compare au personnage principal d’un livre japonais censuré qui aurait appartenu à l’écrivain : Ichidai Onna (1686) de Saikaku Ihara. Ainsi, la pièce évolue comme une étude sur les différents niveaux d’interprétation d’une traduction et elle ouvre le débat sur la censure, de la censure " officielle " jusqu’à sa forme la plus privée. Le premier écran présente un texte déroulant sous forme d’interview qui relate, à travers le regard de sa nièce, la vie secrète de Violette Avéry et explore les liens qui rattachent son ultime roman à l’œuvre censurée de Saikaku Ihara. Ainsi, la nièce raconte comment, dans les premières pages de ce dernier roman resté inachevé, le pouvoir sensuel du parfum éveille le désir, évoque une intimité charnelle effleurant les prémices d’une attirance sexuelle sans pour autant lui donner corps. La sexualité existe par son absence, plus fortement pressentie par ses sous-entendus que par sa matérialisation concrète, noir sur blanc. Loin de se contenter de ce seul récit, João Penalva développe encore plus loin la notion de la censure dans sa conception même de la deuxième projection. Le deuxième écran nous laisse difficilement distinguer des images provenant du film Ohara, femme galante de Kenji Mizoguchi réalisé en 1952 et inspiré de l’ouvrage de Saikaku Ihara. Privé d’image nette, seul face au texte, le visiteur est toujours tenu à distance, cherchant à deviner ces nombreuses traductions ou interprétations et le double jeu d’identité qui sous-tend le personnage de la nièce, la véritable histoire cachée derrière cette œuvre. Quelques phrases avant la fin de son récit, la nièce est invitée à baisser son masquer, le visage fugace de l’artiste apparaît un instant entre les lignes, et le rideau tombe.


Extrait du communiqué de presse Caisse des Dépôts et Consignations, 2001.

Haut de page

CRAC

CENTRE RÉGIONAL D'ART CONTEMPORAIN OCCITANIE / Pyrénées-Méditerranée

26, Quai Aspirant Herber
34200 SÈTE - France

crac @ laregion.fr
Tel : 33 (0) 4 67 74 94 37
fax : 33 (0) 4 67 74 23 23

Horaires d’ouverture :

Ouvert  tous les jours sauf le mardi, de 12h30 à 19 h - Samedi, dimanche de 14 h à 19 h.

Fermeture de fin d'année : Le Centre d'Art sera fermé les 25 décembre 2017 et 1er janvier 2018 - Le Centre d'Art fermera ses portes exceptionnellement à 17 heures, les 24 et 31 décembre 2017.

 

NEWSLETTER N°30 NOVEMBRE 2017 : ICI

 

Le centre d'art sera fermé pendant l'accrochage de la prochaine exposition collective Tempête du Lundi 25 septembre au Vendredi 24 novembre 2017 à 18h30, jour du vernissage.

 

Invitation au CRAC de Carole Delga - mardi 18/7/2017 19h


Membre de d.c.a. association française du Développement des Centres d'Art

 

MEMBRE DU Réseau d'ARt contemporain     en Région occitanie