Envoyer à un ami |  Imprimer | Contraste | A+ | A- | A=

Artistes

Exposition Sens dessus dessous - Harald Thys et Jos de Gruyter, La frégate, vidéo 20' HDV - Courtesy des artistes

Jos de Gruyter

Né(e) en 1965
à Geel, Belgique
Vit et travaille à Bruxelles

Jos de Gruyter travaille en collaboration avec Harald Thys

Exposition : Coconutour

 

.../... Dans son film de 1966, Au Hasard Balthazar, le réalisateur français Robert Bresson raconte l'histoire d'un âne aimé mais souvent maltraité. A un moment du film, alors que l'âne a été emmené par un cirque ambulant, on lui fait tirer une charrette de paille entre les cages et les box. L'âne marque un certain nombre d'arrêts, établissant ce qui semble être un contact visuel avec quelques uns des autres animaux. La scène se déroule dans un silence presque palpable. Le spectateur flotte sur ce silence, d'abord il voit les yeux des animaux, leurs têtes, leurs expressions naturelles. L'âne échange des regards avec un tigre, un ours polaire, un chimpanzé, un éléphant en un dialogue visuel qui va bien au-delà de la communication orale. Jos De Gruyter et Harald Thys ont commencé à faire des vidéos en 1989. Ils trouvent leurs sources d'inspiration dans diverses tendances du cinéma du 20ème siècle, allant du très sérieux anti-hollywoodien cinématographe de Bresson aux tentatives plus avant-gardistes d'imitation d'Hollywood de Rainer Werner Fassbinder. Au bout du compte leur relation au fil des ans va de satires grotesques et absurdes en énigmes plus précisément orchestrées. Cependant, lorsqu'on suit le fil de l'évolution de leur œuvre on peut observer une claire continuité dans leur quête de l'ineffable. Cette quête entraîne le spectateur de coffres de voitures en forêts profondes et surtout dans des aspects tortueux et insolites de la nature humaine. Au passage, un certain nombre de détails et de techniques de construction apparaissent régulièrement dans leurs vidéos, constituant ainsi leur vocabulaire visuel et leurs schémas élaborateurs.

Un tourbillon de liberté et d'indifférence à la contrainte souffle sur toute leur œuvre. L'attention du spectateur, renforcée par la longueur de certains plans, se focalise presque exclusivement sur l'attitude des personnages qui peuvent assimiler toutes les nuances, de l'assurance ou de la soumission des corps ; car c'est ici, dans le langage du corps et dans tous les petits gestes de ces personnages que l'on peut trouver le point critique de l'œuvre, qu'une tribune sarcastique se révèle. Le rythme de la vidéo permet au spectateur d'assimiler cette gravité et souvent de regarder les scènes filmées comme des tableaux. Lorsque les personnages transcendent la normalité et se comportent en fonction de leur propre système de valeur, inévitablement ils en entraînent d'autres avec eux. Des êtres de second plan son nécessaires à l'estime de soi, cependant lorsque cette estime de soi ne s'exerce plus dans le cadre d'un raisonnement normal on peut s'attendre à ce que la personne en question exerce son pouvoir et son influence sur son entourage. Ce point de rupture peut être particulièrement tragique parce que le comportement du personnage en question trouve son origine dans un autre état d'esprit ou dans une autre réalité qui n'est propre qu'à lui (The Deserter) ou dans laquelle il domine des plus faibles que lui. D'où les jouets sans défense dans The Bomb et The Expériment, la créature dans Parallelogram et Maria dans The Curse.

 

de Gruyter et Thys décrivent cette affirmation du pouvoir de façon aussi variée qu'inattendue. Dans The Pot l'étude porte en fait sur le déclin du personnage principal. Ici, au lieu de rencontrer un personnage déjà aigri, nous trouvons un mari, qui, bien que frustré s'efforce de sauver les apparences. La présence des personnages aux masques d'oiseaux qui traversent la cuisine apporte un élément poétique à la vidéo, contrebalançant de façon saisissante le médiocre refoulement des tendances à la démence du couple. Tout au long de leur œuvre, de Gruyter et Thys proposent au spectateur un modèle particulier de situations et de personnages pitoyables, chacun contribuant à décrire collectivement les risques d'aliénation présents en chacun d'entre nous. Ils choisissent des personnages aux vies marginales et ordinaires pour mettre en œuvre leur parabole dans le cadre d'un esprit normal ou inhibé psychologiquement. Les suffocants effets secondaires de la normalité sur ces personnages les mène à leurs propres limites et c'est précisément ici, à cette frontière entre deux mondes qu'on peut trouver quelque chose de vital. C'est sur ce terrain insolite que de Gruyter et Thys ont recueilli leurs propres images cinématographiques, maniant avec art l'humour, la violence et l'angoisse en d'éloquents et imparaphrasables discours.

Extrait de équilibre et instabilité par Alice Evermore, 2002

 

 

Exposition : Sens dessus dessous - Le monde à l'envers


La frégate, vidéo 2008, 20' HDV.Courtesy artistes

 

Les fictions vidéos réalisées par Jos de Gruyter & Harald Thys sont empreintes d’un sentiment d’inquiétante étrangeté. Fabliaux contemporains, ces vidéos instillent le grotesque et l’absurde à partir de situations banales et quotidiennes.

« Tout comme les marionnettistes du Moyen-Age ou comme le fait l’acteur dans la pantomime, les deux vidéastes manipulent leurs «gens» en même temps qu’ils plantent, par leur mise en scène, un décor, qui agit comme un révélateur de la nature cachée de ces humanoïdes».

Jos de GruyterHarald Thys envisagent de réaliser pour l’exposition une œuvre vidéo « inspirée » par la figure de Pantagruel

 

 


Haut de page

CRAC

CENTRE RÉGIONAL D'ART CONTEMPORAIN OCCITANIE / Pyrénées-Méditerranée

26, Quai Aspirant Herber
34200 SÈTE - France

crac @ laregion.fr
Tel : 33 (0) 4 67 74 94 37
fax : 33 (0) 4 67 74 23 23

Horaires d’ouverture :

Ouvert  tous les jours sauf le mardi, de 12h30 à 19 h - Samedi, dimanche de 14 h à 19 h.

Fermeture de fin d'année : Le Centre d'Art sera fermé les 25 décembre 2017 et 1er janvier 2018 - Le Centre d'Art fermera ses portes exceptionnellement à 17 heures, les 24 et 31 décembre 2017.

 

NEWSLETTER N°30 NOVEMBRE 2017 : ICI

 

Le centre d'art sera fermé pendant l'accrochage de la prochaine exposition collective Tempête du Lundi 25 septembre au Vendredi 24 novembre 2017 à 18h30, jour du vernissage.

 

Invitation au CRAC de Carole Delga - mardi 18/7/2017 19h


Membre de d.c.a. association française du Développement des Centres d'Art

 

MEMBRE DU Réseau d'ARt contemporain     en Région occitanie