Envoyer à un ami |  Imprimer | Contraste | A+ | A- | A=

Artistes

Exposition thématique : L'endroit du regard - 12.12.03 > 29.02.04

Gaël Peltier

Né(e) en 1972
à Marignane
Vit à Gavignano, Corse

Gaël Peltier témoigne de façon extrêment discrète des éléments qui pourraient composer l'imagerie clandestine, celle que l'on s'en fait ou bien celle qui est vraiment, ses détails significatifs, son formalisme en somme, propres à la marge et au secret. Son travail peut être perçu par le béotien comme un témoignage minimal et sans enjeu, mais une observation attentive soulève peu à peu la potentialité du crime.

Gaël Peltier utilise ce que l'on pourrait appeler des infra-images. Elles sont d'une grande sobriété et, en ce sens, elles ne se livrent pas au premier regard. Les points de vues, le cadrage, le choix minutieux des accessoires, des lumières sont imperceptiblement stigmatisés par le danger. Dans certains de ses films, tournés quelque fois comme pourrait le faire un opérateur caché, pressé, Gaël Peltier peut aussi se mettre en scène lui-même, déguisé, camouflé, en fuyard discret, voire même, effectuant des sauts vertigineux dans ces zones qu'on dit périurbaines. Il y a là comme un atavisme de la discrétion. Jeans, baskets, blouson de cuir, casque intégral, moto ou BMW, lunettes teintées, ou bien, barbe fournie, veste à forte odeur de brebis, casquette, autant d'artifices en apparence anodins ou banals qui font ses panoplies... (du grec panoplos : armé de toutes pièces). Ses photographies, précises, peuvent ahurir à priori, mais l'observateur attentif remarquera ce carton tâché d'huile au fond d'un coffre de voiture, l'usure de l'aile arrière d'une BM série 5, les deux ou trois éclats de pare-brise dans le soufflet cuir du levier de vitesse, et cætera..

Pré-, 2002, 12' - vidéo

Objectivement, ici, le point de vue est devant. Le pilote de la moto voit nécessairement devant lui. Le film montre en caméra objective les motards cadrés plein face et, nous, nous ne voyons que la fuite permanente de l'espace. Il s'agit d'un film, sans prise de son, au montage minimum, juste un fondu enchaîné, un plan séquence de 12mn, monté en boucle. Le réel y est reproduit littéralement. Le principe de réalité est ici dominant dans les choix qui ont motivé ce film. La caméra montre l'insaisissable, ce qu'aucun humain ne pourrait voir, et rend énigmatique la chose avec laquelle l'on doit avoir à faire ou bien faire avec. Le présent, irrémédiablement en fuite est ce hors champ "instantané" décelable dans le regard du motard. Les protagonistes semblent plaqués sur le décor. Gaël Peltier écrit : "J'aurais envie de parler d'archaïsme, comme un meurtre primitif, ou peut-être d'archétype assassin, et je rejoins Pasolini ici lorsqu'il parle de cinéma en terme de pré-humanité, quand les mots ne sont pas définis et lorsque l'instinct le plus puissant est d'entrer en conflit avec la vérité. Une synecdoque - une partie pour un tout - ici le temps dilatoire du plan séquence qui au cinéma ne durerait peut-être que trois secondes, est le film. Une action pure, déconnectée de toute cause et conséquence"

Anté-, 2003, 13' - vidéo

Extérieur jour. Il ne fait ni beau, ni mauvais. Plan fixe de l'arrière d’un véhicule immobile. Deux hommes assis à l'avant, un autre à l'arrière, en contre-jour : un conducteur, deux passagers. Calmes, silencieux. Par le pare-brise, une perspective de sortie de parking. N'importe où. Une attente peut-être, ou un guet... un problème de toute façon. A la façon du cinéma de Melville, ses introductions lentes, inertes, qui plongent le spectateur dans un climat spécifique, une tension qui révèle la potentialité du drame. Ni début, ni fin. Ou plutôt, tout les débuts et toutes les fins possibles.

Reconstitution 011 & 012 , 2003 - papier millimétré, letraset

Sur des feuilles millimétrées, Gaël Peltier réalise de nombreux dessins, au rotring ou au transfert, comme des témoignages de mouvements de véhicules ou de points de vues normés. Documents dérobés à l'ordre ou au désordre ?



Expositions

Haut de page

CRAC

CENTRE RÉGIONAL D'ART CONTEMPORAIN OCCITANIE / Pyrénées-Méditerranée

26, Quai Aspirant Herber
34200 SÈTE - France

crac @ laregion.fr
Tel : 33 (0) 4 67 74 94 37
fax : 33 (0) 4 67 74 23 23

Horaires d’ouverture :

Ouvert  tous les jours sauf le mardi, de 12h30 à 19 h - Samedi, dimanche de 14 h à 19 h.

Fermeture de fin d'année : Le Centre d'Art sera fermé les 25 décembre 2017 et 1er janvier 2018 - Le Centre d'Art fermera ses portes exceptionnellement à 17 heures, les 24 et 31 décembre 2017.

 

NEWSLETTER N°30 NOVEMBRE 2017 : ICI

 

Le centre d'art sera fermé pendant l'accrochage de la prochaine exposition collective Tempête du Lundi 25 septembre au Vendredi 24 novembre 2017 à 18h30, jour du vernissage.

 

Invitation au CRAC de Carole Delga - mardi 18/7/2017 19h


Membre de d.c.a. association française du Développement des Centres d'Art

 

MEMBRE DU Réseau d'ARt contemporain     en Région occitanie