Envoyer à un ami |  Imprimer | Contraste | A+ | A- | A=

Artistes

Exposition thématique - Le capital 14-07 au 10-10-1999

Pierre Joseph

Né(e) en 1965
à Caen
Vit et travaille à Paris

Je vais essayer de faire rapide et cinglant. Comme au Ping-Pong. La barre est inaccessible. J'aime bien la carte du monde parce que c'est un tout. Par contre, le reste du concept «Essayer le monde» me paraît à la fois prétentieux, possible qu'avec un sacré coussin financier et donc logiquement pompeux.Ou alors il faudrait tenter des trucs basiques. Genre manger une photo, repasser un vélo, admirer un pack de 6 oeufs (catégorie A), couper une couche en dés de 3cm sur 3.D'une façon générale, j'aime bien les 'démarches' atypiques générées par les artistes contemporains, mais souvent, par faute de moyens, ou je crois d'imagination, le média utilisé est énormément réducteur. C'est bien de jouer au base-ball au Japon ou de s'agripper à un quidam qui va au travail, mais comment en rendre compte ? Les photos limitent complètement la chose. Vous allez me dire que ce n'est pas ça qui compte, que c'est juste l'acte.Et vos photos alors ?
Ou alors vous considérez que c'est suffisant, que l'idée est passée. Je trouve que les détournements de l'art contemporain(que je ne connais qu'homéopatiquement) sont nécessaires, souvent jubilatoires, mais aussi souvent bancaux. Ils ne tiennent pas debout tout seuls. Sauf quelques réussites. Dans le genre petit choc jouissif, j'ai adoré le petit lapin simili-baudruche (mais sculpté en inox) de Jeff Koons au BMA (Baltimore Museum of Art à cote duquel j'habitais l'année dernière). La plupart des concepts qui transforment en oeuvre d'art un instant ou une attitude détournée ont du mal à vraiment me marquer.Quoique la photo du gars attendant James Bond à l'aéroport est assez intéressante. C'est sans doute pourquoi, petit chercheur CNRS que je suis, je participe à ce truc.Sans doute pour m'approprier ou pour marquer, figer ce moment, ces petites émotions.C'est assez minable et terriblement matérialiste finalement.

MARC LEGROS – Nancy

 

Voilà, j'ai vu vos oeuvres, et je vais les critiquer pas qu' y a pas de raison. La première (le planisphère) m'a paru étrange, surtout par le manque de découpage de l'ex-Urss. Il n'y a toujours chez vous apparemment qu'un seul pays (reste d'une éducation) ? Je ne connais pas assez votre oeuvre et votre passé pour le dire. La seconde, par contre (les télés) m'a vraiment beaucoup plu, surtout avec la case en bas à gauche où l'écran représente lui aussi une division rappelant celle du tableau. Cela m'a fait penser à une sorte de fractale. Mais la troisième (les photos au Japon) ne m'a pas plu. Non pour le système du «hitch Hiking» (pas con... vous avez été embarqué ?) mais parce que c'est le genre de phénomène absolument inadapté à un travail de photo.Je pense que la vidéo, ou un enregistrement sonore, même, aurait mieux rendu l'essence même de l'expérience voilà, à bientôt, j'espère.


VINCENT MASTONIUT informatique, BordeauxActuellement en stage a Sheffield, Angleterre.

P.S. : Excusez-moi si ces critiques ne vous paraissent pas judicieuses ou réfléchies je n'ai que 19 ans, et donc rarement eu l'occasion d'analyser de l'art.

 

J'aime beaucoup la carte du monde qui me fait penser à un bison, avec l'Inde comme mamelle.


PHILIPPE R. «club de reflexion critique d'architecture» Décosterd Rahm, associés.

 

Vous voyez, déjà avant de commencer mon savoir s'effiloche, je n'ai retenu qu'un des deux noms qui composent le vôtre. Je suis fatiguée, c'est pas très glorieux pour une jeune fille de 22 ans. Aussi il a fallu que je passe du site des lnrocks à mon adresse mail perso parce que la technique c'est du joli mais j'arrive pas à communiquer directement. Internet c'est super, et ce n'est pas très dangereux de dire ça et tant mieux, ça fait partie de cette culture non violente que vous mentionnez. Depuis trois mois je vis à moitié grâce à Internet et à moitié grâce à tout ce que j'apprends ici, à Toronto, Canada, magic hapiness land. Je voulais donc vous parler du base-ball parce que je n'arrive pas à m'y intéresser parce que je trouve les vêtements des joueurs peu avantageux pour leur corps d'athlète, et surtout j'ai l'impression qu'ils sont mal à l'aise dedans, ils me semblent engoncés, et la couleur blanc cassé/terreux des pantalons, on a l'impression que c'est de l'etoffe toute sèche qui vous pompe le peu de sebum que vous avez au bout des doigts si vous les touchez, alors déjà je n'arrive pas à comprendre les joueurs, en bloc, physiquement.Ensuite c'est un jeu très lent et il faut beaucoup d'amour pour entrer dedans, le regarder à la télévision. J'espère qu'avant de repartir je vais vaincre mon désintérêt et aller voir jouer les blue jays au skydome qui est juste à côté de mon travail. C'était le premier chapitrede ma réflexion sur le savoir à laquelle vous conviez les internautes et c'est bien tentant. C'était donc : je suis dans un environnement étranger et mon envie d'apprendre a des limites, pourquoi ? J'aime bien le deuxième chapitre qui est : je ne savais pas que ça existait et il fallait que je vienne jusqu'ici pour voir ça, ça m'est tombé dessus par hasard et maintenant j'y pense souvent. Mais avant de dire ce que c'est, je suis curieuse aussi et j'aimerais savoir si dans votre expérience au Japon il y a quelque chose que vous pouvez définir de la même manière que suscite, et quoi.Si vous ne m'avez pas repondu dans une semaine, je continuerai mon histoire. À bientôt.


DELPHINE AURORE MEUNIER

Haut de page

CRAC

CENTRE RÉGIONAL D'ART CONTEMPORAIN OCCITANIE / Pyrénées-Méditerranée

26, Quai Aspirant Herber
34200 SÈTE - France

crac @ laregion.fr
Tel : 33 (0) 4 67 74 94 37
fax : 33 (0) 4 67 74 23 23

Horaires d’ouverture :

Ouvert  tous les jours sauf le mardi, de 12h30 à 19 h - Samedi, dimanche de 14 h à 19 h.

 

 

 

 

Le centre d'art sera fermé pendant l'accrochage de la prochaine exposition collective Tempête du Lundi 25 septembre au Vendredi 24 novembre 2017 à 18h30, jour du vernissage.

 

Invitation au CRAC de Carole Delga - mardi 18/7/2017 19h


Membre de d.c.a. association française du Développement des Centres d'Art

 

MEMBRE DU Réseau d'ARt contemporain     en Région occitanie