Envoyer à un ami |  Imprimer | Contraste | A+ | A- | A=

Artistes

Yang Jiechang - A quel démon me louer ? (au premier plan) 2004 - performance et installation - Post-production CRAC LR à Sète

Yang Jiechang

Né(e) en 1956
à Foshan, province de Guangdong, Chine.
Vit à Paris.

“À quel démon me louer ? Quels cris faut-il pousser ? Aahh ! !---------------------------------------”
Yang Jiechang


À quel démon me louer ?, 2004, installation
Post-production Centre régional d’art contemporain, Sète

Yang Jiechang
Yang Jiechang




Yang Jiechang a créé pour le centre d’art un projet in situ, un dispositif sonore en étroite relation avec le lieu et son contexte local. Le jour du vernissage, une vingtaine de personnes fut conviée avec l’artiste à " crier " sur un imposant échafaudage. Autour de cette structure métallique, Yang Jiechang avait choisi de peindre directement sur les murs du centre d’art divers fragments de squelettes humains formant ainsi une sorte de danse harmonieuse presque sonore, d’ossements. Paradoxalement, cette représentation de la mort n’est jamais sombre chez Yang Jiechang. Ici, l’artiste évoque le démon qui, dans la pensée bouddhiste, symbolise tout ce qui est néfaste aux expériences spirituelles. Même si l’œuvre s’est construite de manière évolutive, son inspiration vient plus particulièrement d’une des plus célèbres peintures de l’histoire de l’art, le " cri " d’Edvard Munch ou l’expression de la solitude de l’homme dans la nature. Yang Jiechang reprend l’idée que c’est par cet acte que l’homme se délivre de ses terreurs pour accéder au monde spirituel. C’est ainsi que la performance sonore enregistrée le jour du vernissage intervient à intervalle régulier au sein du dispositif. C’est en référence à la philosophie taoïste du non-sens, de la transcendance et de l’indifférence comme vérité, que l’artiste choisit la provocation, la violence et la spiritualité pour créer des moments de tension. À quel démon me louer ? occupe ainsi singulièrement l’espace pour nous faire vivre un moment d’expérience extrême.

Haut de page