Envoyer à un ami |  Imprimer | Contraste | A+ | A- | A=

Artistes

H.H.Lim - Patience 2, 2004 - performance et installation - Production CRAC LR à Sète

Xu Zhen

Né(e) en 1977
à Shanghaï, Chine.
Vit à Shanghaï, Chine.

Shouting, 1998, 3’40”, vidéo


Xu Zhen aborde les problèmes complexes posés par la transformation des mœurs sociales tantôt à travers des sujets comme l’humour, le sexe, l’espace privé ou l’existence invisible, mais néanmoins réelle de la gratification physique, tantôt par le biais d’étranges remises en question du comportement habituel, l’objectif étant toujours de définir et faire place à l’individu. […] Dans Shouting, une caméra fixe observe la foule en train de se réunir et de se mouvoir massivement en tournant le dos à la caméra. Lancés en arrière de la caméra, des cris véhéments poussent les gens à se retourner instinctivement, piqués par la peur ou la curiosité. Après un geste d’acquiescement, la plupart reprennent rapidement leur position initiale et poursuivent leur chemin, tandis que les farceurs éclatent de rire à l’arrière-plan. Comme la farce se répète en divers lieux de Shanghai, on devine dès la première séquence ce qui va se passer dans les suivantes. Pourtant, chaque séquence provoque le rire et, au-delà du canular idiot destiné à amuser la galerie, la répétition suggère une implication plus profonde : c’est sur le ‘troupeau’ que la lourde répétition des réactions veut attirer l’attention et la moquerie. Le geste est plein d’humour parce que les regardeurs peuvent identifier et reconnaître le comportement social dont ils se moquent, tout en observant les choses à une bonne distance, libre de tout jugement ”.1



Rainbow, 1998, 3’20”, vidéo


“La vidéo Rainbow montre le dos pâle d’un individu, coupé à la hauteur des épaules et des hanches et parsemé de quelques taches de rousseur et grains de beauté. On entend le bruit de coups frappés forts sans qu’on puisse voir ceux-ci, leur présence n’étant attestée que par l’apparition de marques rouges enflammées sur la peau où la forme des mains se distingue de plus en plus nettement. Témoignant de l’événement mais non de sa violence, les images projetées ne montrent jamais la main (ou les mains) qui frappe. Sans jamais broncher ni réagir, le corps ne bouge que légèrement à l’intérieur du cadre entre les séquences. Comme il reste en fait étrangement calme malgré la brutalité, il suscite chez le spectateur une vision qui vient contredire le comportement programmé qu’il attendait. Pourquoi n’y a-t-il pas de tentative d’échapper aux coups ? Comment domine-t-on la tendance instinctive à éviter la douleur et la blessure ? En l’absence du moindre signe de résistance, le spectateur est livré à ses propres réflexions sur la possibilité que l’individu ait volontairement participé à cette action ”.2



1- Extrait de Natalie de Vito, "Dérision et prohibition dans l'art de Xu Zhen", in Paruchute, n°114, avril-mai-juin 2004, p102-115, traduit de l'anglais par M. van Hoof.
2- op. cit.

Haut de page

CRAC

CENTRE RÉGIONAL D'ART CONTEMPORAIN OCCITANIE / Pyrénées-Méditerranée

26, Quai Aspirant Herber
34200 SÈTE - France

crac @ laregion.fr
Tel : 33 (0) 4 67 74 94 37
fax : 33 (0) 4 67 74 23 23

Horaires d’ouverture :

Ouvert  tous les jours sauf le mardi, de 12h30 à 19 h - Samedi, dimanche de 14 h à 19 h.

 

 

Finissage La Tempête 1 - 10 et 11 mars 2018 @ CRAC OCCITANIE

 

Toute l'équipe du Centre d'Art vous souhaite une très heureuse année 2018 ...


Le CRAC rend hommage à Noëlle TISSIER


Membre de d.c.a. association française du Développement des Centres d'Art

 

MEMBRE DU Réseau d'ARt contemporain     en Région occitanie