Envoyer à un ami |  Imprimer | Contraste | A+ | A- | A=

Artistes

Ghazel - Road Movie 2010

Ghazel

Né(e) en 1966
à Téhéran, Iran
Vit principalement en France depuis 1986

 

 

 

 

 

Exposition : Open Frame II - Salle N°5
"Road Movie ", 2010
Vidéo, 17'48"

 

Le projet ROAD MOVIE est la suite de : URGENT (Wanted), travail en cours depuis 1997.
Ce travail a commencé en 1997 lorsque j’ai reçu une lettre d’expulsion de la préfecture de Montpellier, qui me disait de quitter immédiatement le territoire français. (On avait refusé de renouveler ma carte de séjour) donc j’ai décidé de mettre des annonces pour un mariage blanc, pour trouver un mari (passeport). J’ai beaucoup de versions de ces affiches. Le projet a commencé en 1997, quand j’avais 30 ans et a continué jusqu’à ce que j’aie reçu une carte de résidence.
En fait c’est un projet sur des gens sans papiers des pays du tiers-monde dans les pays occidentaux (illégal aliens comme on les appelle aux USA) ; développé par mon expérience personnelle d’essayer de rester en France (moi, iranienne, d’un pays du tiers-monde).
Enfin, courant 2002 j’ai eu une carte de résident pour 10 ans (France).
Après ceci j’ai décidé de continuer mon projet politiquement. Ma décision était de garder le sujet de sans papiers, même si j’avais résolu mon problème personnel. Ce projet n’est pas juste personnel, mais aussi universel. Le problème des clandestins est universel, il y a des gens délocalisés partout qui veulent s’enraciner ailleurs. Ghazel

 

 

 

Exposition : … confiture demain et confiture hier. mais jamais confiture aujourd'hui

 

Gahzel

 

Me 27, 2000 -  Me 26, 2000 - Me 29, 2000

 

Gazhel est née en Iran et vit maintenant en France. Elle se sait étrangère à l’un ou l’autre de ces sols. " Tous les paradoxes qui me font ( et font ma vie ), font mes films ". C’est le fragment d’une confidence de l’artiste, quelque chose qu’elle écrit pour se dire et qu’elle décoche comme une flèche. L’énergie, circulant en cette phrase, est phénoménale. C’est un uppercut syntaxique : en 13 mots, Gazhel jette son intimité, son esthétique, sa politique. Et ces 3 choses ne sont pas sécables dans l’esprit de cette femme : sa vie est sa plastique, sa politique est intime, et le tout fonctionne en un vice-versa qui tourne. ... Me 26 - Me 27 - Me 29... titre ce film, signalé simultanément sur 3 moniteurs. Cette série de Me ( moi ) décline une série de situations : Gazhel voilée sur une chaise, Gazhel voilée dansant un “ ballet ”, Gazel voilée sur une mobylette, Gazel voilée jouant avec un jouet, et Gazhel voilée : ainsi de suite. Ces séquences de Me sont toutes brèves et ces brièvetés claquent toutes comme des uppercuts. C’est aussi pour cela que Gazhel les met en série : cette forme optimise sa hargne en la répétant intacte d’un plan à l’autre. Car Gazhel a de la hargne et celle-ci fait la plastique de son film. Il n’est qu’à voir comment elle entre et sort du champ : sa démarche a la vitesse d’un coup de poing et le bas de son voile n’a de cesse de s’emmêler à ses jambes. Les choses vont vite. Gazhel surgit brutalement et l’image se creuse comme sous la pression d’une soudaine matière volcanique. Le noir de son voile ronge l’image, la troue. Et le corps de Gazhel devient le lieu d’un non-lieu : une féminité en négatif avec, en son sommet, un visage qui trône sur du rien. Ce visage est sans corps mais il est aussi sans voix. Le recours aux intertitres hurle son mutisme; un hurlement qu’elle arrache au pathétique en le soulageant par une sorte de plastique chaplinienne. Le burlesque de sa série de Me épargne à Gazhel notre compassion, ou pire : notre pitié. L’installation ...Me 26 - Me 27 - Me 29... agit alors d’une singulière façon dans l’espace de cette exposition. Elle en forme un peu son trou noir, non celui des astrophysiciens - l’absence de matière - mais l’inverse de celui-ci : il y a ici un tel excès de matière - ou d’énergie - que les choses en viennent à se noircir, par saturation. 

Stéphanie Eligert

Expositions

Editions

Haut de page

CRAC

CENTRE RÉGIONAL D'ART CONTEMPORAIN OCCITANIE / Pyrénées-Méditerranée

26, Quai Aspirant Herber
34200 SÈTE - France

crac @ laregion.fr
Tel : 33 (0) 4 67 74 94 37
fax : 33 (0) 4 67 74 23 23

Horaires d’ouverture :

Ouvert  tous les jours sauf le mardi, de 12h30 à 19 h - Samedi, dimanche de 14 h à 19 h.

Fermeture de fin d'année : Le Centre d'Art sera fermé les 25 décembre 2017 et 1er janvier 2018 - Le Centre d'Art fermera ses portes exceptionnellement à 17 heures, les 24 et 31 décembre 2017.

 

NEWSLETTER N°30 NOVEMBRE 2017 : ICI

 

Le centre d'art sera fermé pendant l'accrochage de la prochaine exposition collective Tempête du Lundi 25 septembre au Vendredi 24 novembre 2017 à 18h30, jour du vernissage.

 

Invitation au CRAC de Carole Delga - mardi 18/7/2017 19h


Membre de d.c.a. association française du Développement des Centres d'Art

 

MEMBRE DU Réseau d'ARt contemporain     en Région occitanie