Envoyer à un ami |  Imprimer | Contraste | A+ | A- | A=

Artistes

Jean-Yves Gargadennec

Né(e) en 1970
à Rennes
Vit à Montpellier

Salle N° 2

Tiré du travail Mémoire de résistance, 2008-2009 :
10 portraits de la série Rostros + Manos
Série Rostros : tirage photographique - papier Fudji Suprème brillant, alu, chassis, 29 x 29 cm
Série Manos : tirage photographique - papier Ilford 290, alu, chassis, 29 x 43 cm

Série Carabanchel, " CARA 5 ", 2006
Tirage photographique Kodak endura brillant alu, chassis, 100 x 125 cm
Série Carabanchel, " CARA 1 ", 2006
Tirage photographique Kodak endura brillant alu, chassis, 100 x 125 cm
Série Carabanchel, " CARA 4 ", 2006
Tirage digigraphique semi- brillant Hanemulhe, alu, chassis, 184 x 145 cm
" Olvido y futuro feliz ", 2008
Tirage sur papier premium 290g, alu, chassis, 59 x 283 cm
Crédit photo Jean-Yves Gargadennec


 

Carabanchel - 2006

Ma part d'ombre.
Je venais de terminer mon exposition « Métamorphose » en mai 2006, j'étais fatigué d'avoir photographié un hôpital vide qui me rappelait trop mon accident de la route, mon immobilisation forcée de plusieurs mois et les 2 ans de lutte pour arriver à remarcher normalement.

Je me trouvais à Madrid dans le quartier d'Aluche avec ma compagne, quant elle m'évoqua l'histoire de la prison de Carabanchel.
Le lendemain, nous décidions de voir l'extérieur de cette prison fantôme.
Au bout d'un quart heure de marche d'Aluche, proche du nouveau commissariat pour l'émigration se dessinait sous mes yeux un bâtiment imposant de briques rouges, un vestige de l'histoire espagnole. Sans pour autant en connaître le coeur, j'eu la sensation d'avoir à portée de main la suite logique de « Métamorphose ».
L'émotion fut encore plus grande lors de ma première visite guidée fin juin 2006. Alors, s'est emparé de moi un sentiment d'abandon dû au délabrement et aux graffitis, de vide avec le vent qui hante ce lieu, d'enfermement avec la répétition des barreaux et des portes, de la recherche de liberté dans les inscriptions laissées au crayon à papier par les prisonniers dans leurs cellules.

Durant son existence active les murs resteront neutres aux états d'âme de ses occupants, ils ont côtoyé l'histoire de l'Espagne en silence. Mais le temps, les années, la solitude, et l'abandon du bâtiment ont provoqué sur ses murs, l'image brute de son vécu.
La moisissure, l'humidité, et la lumière sont autant d'éléments qui font resurgir le quotidien carcéral comme un ultime message avant de disparaître et avant que le gouvernement ne décide de son avenir ou que les recycleurs clandestins ne finissent de la dépecer, en lui arrachant portes blindées, grilles, câbles électriques, vitres, barreaux, comme des fourmis sur un cadavre.
Pour photographier ce lieu, j'ai obtenu l'autorisation du Ministère de l'Intérieur espagnol. L'accord en poche, j'ai consacré le mois d'août 2006 à la réalisation de ce travail.
Je voulais la lumière dure et la chaleur quasi étouffante de l'été madrilène, pour souligner l'écrasement que j'avais ressenti lors de ma première visite.
Quatre fois par semaine, j'étais à 9 heures du matin avec Juan-Carlos qui se chargeait de m'ouvrir et de fermer derrière moi la porte principale de Carabanchel.
Une fois franchie l'entrée, je me trouvais seul dans l'enceinte de la prison vide et abandonnée depuis huit longues années. Face à ce bâtiment moribond de vingt cinq hectares, j'ai examiné les cellules, les salles, les cours, les couloirs avec comme uniques compagnes ma chambre photographique et l'oppressante chaleur venue d'Afrique.
Ma détention était de six heures par jour, et à chaque sortie je pensais au manque de liberté qui avait été le mien à l'hôpital et à cette phrase écrite au crayon à papier par un détenu «nadie sabe lo que es la libertad hasta que no esta privado de ella »...
Carabanchel à l'agonie traduit ma part d'ombre et mon envie de liberté, les chaînes du quotidien, nos prisons intérieures et la difficulté de trouver sa propre libération.
J-Y Gargadennec

 vidéo interview de JY Gargadennec © Aloïs Aurelle - mai 2011
vidéo interview de JY Gargadennec © Aloïs Aurelle - mai 2011

 

 

Conférence Jean-Yves Gargadennec au CRAC LR
Conférence Jean-Yves Gargadennec au CRAC LR

Jean-Yves Gargadennec, en compagnie de Monsieur Manuel Madrona, lors de la conférence du 20 mai 2011, portant sur son  travail «Mémoire d’une résistance», 2008-2009.

 

Retour sur évènement - Conférence du 20 mai 2011

Expositions

Editions

Haut de page

CRAC

CENTRE RÉGIONAL D'ART CONTEMPORAIN OCCITANIE / Pyrénées-Méditerranée

26, Quai Aspirant Herber
34200 SÈTE - France

crac @ laregion.fr
Tel : 33 (0) 4 67 74 94 37
fax : 33 (0) 4 67 74 23 23

Horaires d’ouverture :

Ouvert  tous les jours sauf le mardi, de 12h30 à 19 h - Samedi, dimanche de 14 h à 19 h.

 

 

 

 

Le centre d'art sera fermé pendant l'accrochage de la prochaine exposition collective Tempête du Lundi 25 septembre au Vendredi 24 novembre 2017 à 18h30, jour du vernissage.

 

Invitation au CRAC de Carole Delga - mardi 18/7/2017 19h


Membre de d.c.a. association française du Développement des Centres d'Art

 

MEMBRE DU Réseau d'ARt contemporain     en Région occitanie