Envoyer à un ami |  Imprimer | Contraste | A+ | A- | A=

Artistes

Jean-Pierre Khazem

Né(e) en 1968
à Paris
Vit et travaille à Paris

Il y a beaucoup de masques dans les photos de Jean-Pierre Khazem. Des Mickeys psychédéliques, des loups de Tex Avery déjantés, des animaux en peluche, mais aussi des têtes humaines très vraisemblables, et même, dans les dernières productions, ressemblantes aux modèles qui les portent.

Les êtres qui apparaissent ainsi devant l'objectif de Jean-Pierre Khazem sont-ils des personnages pré-définis ? Des masques ? Des rôles ? Un peu de tout ça, bien sûr, mais ce sont surtout des personnes au-delà des personnages. Autrement dit : les êtres photographiés par Jean-Pierre Khazem ont une intimité et des relations qui leur sont propres.

 

Traditionnellement, le noyau de la personne est tenu pour visible sur un visage. A contrario, on dit du dissimulateur qu'il s'avance masqué. Le masque est généralement associé à la diablerie plutôt qu'à la loyauté. Cette tradition est bousculée dans les photos de Jean-Pierre Khazem. En effet, si l'étrangeté, avec ce qu'elle peut avoir d'inquiétant, est bien présente, on perçoit très vite dans les masques de ses modèles une révélation, un aveu, une ouverture.

Ces jeunes hommes coiffés de têtes de lion, par exemple, se tiennent comme des conquérants, dans les costumes qui sont maintenant ceux de l'affirmation et du pouvoir. Les têtes de lion ne les cachent pas : elles les dévoilent. Les masques de "Venus on the sand", de "Lola", ou de "Temptation", associés aux corps qui les portent, sont au-delà du vraisemblable ; ils deviennent vrais par la puissance révélatrice qu'ils recèlent et l'adéquation aux sujets. On est loin de l'envie légèrement paranoïaque de "démasquer" qui ne vaut que dans un monde de traîtres. Le monde de Jean-Pierre Khazem n'est pas celui-là. C'est un monde où les masques qu'il crée révèlent la vie. En ce sens, les oeuvres de Jean-Pierre Khazem seraient plus opportunément interrogées à la lumière de James Ensor, voire du surréalisme originel, que de la photo de mode.

Ce dernier point mérite une brève remarque. Jean-Pierre Khazem a, en effet, publié beaucoup de ses photos dans de prestigieux magazines de mode.
Dans la photo de mode, les références ou les citations artistiques, de plus en plus fréquentes, sont dévitalisées. Elles servent à cibler le degré de "distinction" que l'on prête flatteusement à ses lecteurs. Chez Jean-Pierre Khazem, il n'y a pas de références ou de citations artistiques. Il n'en a pas besoin : il est dans l'art. Chaque fois qu'elles sont exposées dans un contexte spécifiquement artistique, ses oeuvres en font la preuve.

Expositions

Haut de page

CRAC

CENTRE RÉGIONAL D'ART CONTEMPORAIN OCCITANIE / Pyrénées-Méditerranée

26, Quai Aspirant Herber
34200 SÈTE - France

crac @ laregion.fr
Tel : 33 (0) 4 67 74 94 37
fax : 33 (0) 4 67 74 23 23

Horaires d’ouverture :

Ouvert  tous les jours sauf le mardi, de 12h30 à 19 h - Samedi, dimanche de 14 h à 19 h.

 

 

 

 

Le centre d'art sera fermé pendant l'accrochage de la prochaine exposition collective Tempête du Lundi 25 septembre au Vendredi 24 novembre 2017 à 18h30, jour du vernissage.

 

Invitation au CRAC de Carole Delga - mardi 18/7/2017 19h


Membre de d.c.a. association française du Développement des Centres d'Art

 

MEMBRE DU Réseau d'ARt contemporain     en Région occitanie