Envoyer à un ami |  Imprimer | Contraste | A+ | A- | A=

Artistes

Exposition thématique "Les fils de Marcel" - Carton d'invitation - CRAC LR 2006

Hubert Duprat

Né(e) en 1957
Vit et travaille à Claret

Le parcours d' Hubert Duprat commence en 1983 avec la présentation de deux types de travaux en apparence très différents. D'une part des larves d'insectes aquatiques (des trichoptères) qui ont pour particularité de se construire un étui protecteur en s'appropriant des matériaux dans leur environnement de sorte que les paillettes d'or, les pierres précieuses et les perles que l'artiste place dans leur aquarium contraignent l'animal à faire de cet écrin une pièce d'orfèvrerie. D'autre part, une série de photographies (« L'Atelier ou la montée des images ») qui reproduisent la projection sur un mur de l'atelier de l'artiste d'une portion de l'espace extérieur suivant la méthode de la 'camera obscura' décrite par Léonard de Vinci. Ces travaux sont suivis en 1988 par une série d'interventions 'in situ' consistant en des projections en bois et en béton d'une partie de l'espace de son atelier (« Sans titre », Château-Pichon-Longueville, Pauillac, 1987 ; Galerie Jean-François Dumont, Bordeaux, 1989 ; Villa Arson, Nice, 1989 ; Centre d'art Le Quartier, Quimper, 1993). Parallèlement H. Duprat réalise les « Cakes » et les « Marqueteries » qui sont soit des blocs de béton, soit des panneaux de bois sur lesquels se détachent des tracés qui renvoient toujours à l'image de l'atelier. Avec la série des « Cassé-collé » (1991-1994 ; des pierres ou des blocs de béton disloqués au marteau-piqueur puis recollés), H. Duprat entreprend une réflexion sur la fragmentation et la recomposition qui se poursuit avec les « Coupé-cloué » (1991-1994, des clous de laiton plantés sur des troncs), ainsi qu'avec des pièces telles que « Nord » (1997-1998, des plaquettes d'ambre collées les unes aux autres de façon à former un volume vide) ou « À la fois la racine et le fruit » (1997-1998, un entrelacement de branches recouvert de plaquettes d'os). La marqueterie apparaît dès lors comme une poétique dont H. Duprat s'ingénie à explorer les ressources – qu'il s'agisse de projectiles de plomb ou de rubans de cuivre fixés dans le plâtre d'un mur (« Sans titre », 1992 ; « Entrelacs », 1992-1999), ou encore des plaques de marbre enserrées dans du béton qui lui avaient servi à figurer sur le sol l'image d'une montagne (« Montagne », 1993-1994).

La marqueterie est certainement aussi le terme qui résume le mieux l'œuvre de H. Duprat. En premier lieu parce qu'elle permet de donner une unité aux techniques très diverses auxquelles recourt l'artiste – des techniques qui ont pour caractéristique de jouer sur la surface, sur le placage, le recouvrement. Ensuite parce qu'elle fait référence au précieux et à l'ornement, soit à une esthétique du décoratif qui touche l'objet comme l'espace, qui inclut les règnes animal, végétal et minéral, et qui trouve des analogies autant dans l'histoire de l'art 'stricto sensu' que dans l'anthropologie et les arts primitifs. Enfin parce qu'elle permet de mettre en évidence un rapport à des procédés de fabrication ou de mise en œuvre sophistiqués (parfois jusqu'à l'excès) où Duprat, comme il le fait avec les trichoptères, délègue l'exécution. Dans ce processus, ses pièces acquièrent quelque chose de mystérieux qui pourrait faire penser aux cabinets de curiosités et à leur intérêt pour le singulier, le prodigieux, si elles ne visaient pas d'abord à conjuguer ce goût pour la curiosité au présent, à lui redonner une actualité imprévue.

Hubert Duprat

Sans titre, 1994 - Collection FRAC Languedoc-Roussillon. Deux installations in situ, 2006.

"Hubert Duprat a réussi à inventer son propre langage formel et à transmuter les éléments naturels et réels en un monde imaginaire très fort et étrange. Son travail sur la matérialité métamorphose et sublime les objets naturels en des sculptures intemporelles, humanisées par les traces de l'intervention laissées par l'artiste."

Gérard Selbach, www.paris-art.com, 2005, à propos de l'exposition à la Galerie Art-Concept, du 8 janvier au 5 février 2005.

Expositions

Haut de page

CRAC

CENTRE RÉGIONAL D'ART CONTEMPORAIN OCCITANIE / Pyrénées-Méditerranée

26, Quai Aspirant Herber
34200 SÈTE - France

crac @ laregion.fr
Tel : 33 (0) 4 67 74 94 37
fax : 33 (0) 4 67 74 23 23

Horaires d’ouverture :

Ouvert  tous les jours sauf le mardi, de 12h30 à 19 h - Samedi, dimanche de 14 h à 19 h.

Fermeture de fin d'année : Le Centre d'Art sera fermé les 25 décembre 2017 et 1er janvier 2018 - Le Centre d'Art fermera ses portes exceptionnellement à 17 heures, les 24 et 31 décembre 2017.

 

NEWSLETTER N°30 NOVEMBRE 2017 : ICI

 

Le centre d'art sera fermé pendant l'accrochage de la prochaine exposition collective Tempête du Lundi 25 septembre au Vendredi 24 novembre 2017 à 18h30, jour du vernissage.

 

Invitation au CRAC de Carole Delga - mardi 18/7/2017 19h


Membre de d.c.a. association française du Développement des Centres d'Art

 

MEMBRE DU Réseau d'ARt contemporain     en Région occitanie