Envoyer à un ami |  Imprimer | Contraste | A+ | A- | A=

Artistes

Exposition collective LA TEMPÊTE © CRAC OCCITANIE, Sète - Yan Pei-Ming - 25.11.2017 au 11.03.2018

Yan Pei-Ming

Né(e) en 1960
à Shanghai - Chine
Vit et travaille à Dijon

Yan Pei-Ming est l'un des premiers résidents de la Villa Saint Clair (1988).

"Je m’intéresse plus à l’humanité qu’à l’individualité. (…) Et pour le signifier, je me suis mis à peindre des portraits de gens. J’ai commencé à peindre d’après modèle. Bien que je reste encore intéressé par l’aspect général, je ne veux nullement me restreindre car ce que je souhaite, c’est plus d’ouverture.(…)" Yan-Pei Ming


"La peinture pour Yan Pei-Ming se définit comme action, et le plus souvent une action d’attaque. (…) Sa façon de peindre, agressive et même violente, est spectaculaire. (…)Ming a toujours réduit la couleur au noir et blanc. La peinture a été poussée à la limite même de ses possibilités d’expression. (…)"(2) En 1988, Yan Pei-Ming est en résidence à la Villa Saint-Clair, où il réalise une série de peintures, visages anonymes, dont une œuvre in situ à la caserne Vauban, lieu désaffecté et investi dans sa totalité, par les artistes pour l’exposition de la Villa Saint-Clair. En 1997, il participe à l’exposition Ainsi de suite 1 au Centre Régional d’Art Contemporain LR , où il présente la série des " 108 brigands " réalisée lors de son séjour à la Villa Médicis à Rome, et il peint sur place dans une salle du centre d’art transformée pendant une courte période en atelier, le portrait des pêcheurs de Sète.
1- extrait de La révolution continue, texte de Hou Hanru, extrait de Wang Du Magazine, France, Publication Label design Mental, 2001
2- extrait de Ming, entre peinture et humanité, texte de hou Hanru, catalogue Yan Peï-Ming, fils du dragon, Dijon, Presse du réel, 2003

 

 

Exposition monographique : RUINES DU TEMPS RÉEL -  Entre portraits,  paysages, peintures d’histoire et histoires de peinture.

Le retour à Sète de Yan Pei-Ming, l’année anniversaire des 350 ans de la création du port de Sète, fait écho à son exposition précédente à Rome (18 mars au 19 juin 2016) avec laquelle il fut mis à l’honneur pour fêter les 350 ans de la création de la Villa Médicis et invité à présenter un ensemble de peintures  inédites.

Au CRAC du 1er juillet au 25 septembre 2016, Ruines du temps réel présente la période la plus récente de son travail avec un choix, entre portraits,  paysages, peintures d’histoire et histoires de peinture ainsi que des œuvres réalisées spécialement pour le projet. Acteur de son époque, Yan Pei-Ming s’intéresse plus à l’humanité qu’à l’individualité, il transcende le quotidien. Chez lui la peinture parle de son temps et convoque notre histoire contemporaine.

 

Inauguration :TÊTES - Restauration des peintures murales - Lycée des métiers Charles de Gaulle à Sète.

L’inauguration de la restauration des peintures murales de Yan Pei-Ming - intitulée Têtes - au Lycée Charles de Gaulle, associée au vernissage de son exposition Ruines du temps réel au Centre Régional d’art contemporain, croise deux périodes clefs de son oeuvre : le début de sa carrière et la dernière période de sa peinture. Conservation et restauration des peintures murales

Lycée des métiers Charles de Gaulle - Têtes est une oeuvre composée de trois peintures murales monumentales réalisées par Yan Pei-Ming l’été 1988, dans une des salles de la Caserne Vauban alors désaffectée et aménagée pour l’exposition de la Villa Saint Clair (résidence d’artistes à Sète). Ces trois peintures in-situ sont représentatives de la première période de son œuvre et constituent les seules peintures murales réalisées par l’artiste à ce jour. Ces visages sont des sortes d’anti-portraits que l’artiste qualifie "d'anonymes".

Exposition collective : La Tempête - Yan Pei-Ming25.11.2017 > 11.03.2018

Expo La Tempête © CRAC OCCITANIE Sète - Yan PEI-MING
Exposition collective La Tempête © CRAC OCCITANIE Sète - Yan PEI-MING Fleurs noires des funérailles, souvenir du père de l’artiste, 2006 Huile sur toile, 220x250 cm Réf : 2006_0000FFH_FlrNrFn102_220x250 ©Yan Pei-Ming, ADAGP, Paris 2016


 

 

Exposition collective : ATHANOR, petite suite alchimique #1Yan PEI-MING - 22.10.2016 > 15.01.2017

Exposition collective dans les salles de l'étage du Centre Régional d'Art Contemporain à Sète.

 

Yan Pei-Ming - Black birds II, III, IX, X, XI - CRAC à Sète
Yan Pei-Ming - Black birds II, III, IX, X, XI, 2013 - Exposition collective Athanor - CRAC OCCITANIE à Sète

 

Œuvre exposée : Black birds II, III, IX, X, XI  - 2013 - Huiles sur toîle, 30 x 40 cm.

 

 

 

Exposition monographique : RUINES DU TEMPS RÉELYan PEI-MING -  01.07.2016 > 25.09.2017

Exposition monographique dans toutes les salles du Centre Régional d'Art Contemporain à Sète.

Ruines du temps réel - Yan Pei-Ming
Ruines du temps réel - Yan Pei-Ming

 

 

 

 

Exposition thématique : L'entrée - Yan Pei-Ming10.10 > 07.12.2008

Éditions de livres d'artistes & oeuvres de petits formats - CRAC & Villa St Clair - Sète

 

L'Entrée - Yan Pei-Ming - Autoportrait CRAC LR à Sète
Exposition collective L'Entrée - Yan Pei-Ming - Autoportrait - © CRAC LR à Sète

 

 

 

 

Exposition thématique : À L'OUEST DU SUD DE L'EST / À L'EST DU SUD DE L'EST - 2004


PUBLIC page 48-49-51, 2004 - en collaboration avec Wang Du, Production Centre régional d’art contemporain, Sète

 

Yan Pei Ming & Wang Du
Yan Pei Ming & Wang Du

 

En 2004, Yan Pei-Ming et Wang Du ont acquis une notoriété internationale, l’un en tant que peintre, l’autre en tant que sculpteur. Pour l’exposition À l’ouest du sud de l’est, nous leur avons proposé de réaliser ensemble un projet. Cette collaboration unique s’articule à partir d’images prélevées dans un magazine Public . Si l’association de ces deux artistes met en valeur des questionnements sur le sens des images et leurs interprétations, chacun érige l’un la peinture, l’autre la sculpture dans sa monumentalité. Les œuvres de Wang Du, répliques agrandies de fragments de corps : trois pieds sont suspendus dans l’espace. Ming pour la première fois part des mêmes images publiées dans ce magazine. Trois peintures en noir et blanc où l’on retrouve cette facture spécifique de l’ " action d’attaque ". La spatialisation de la sculpture de Wang Du indissociable des peintures de Ming constitue la dernière étape du projet et confronte le spectateur à un véritable dispositif où son regard passe de la 2e à la 3e dimension.

 

PUBLIC page 48-49-51 est une œuvre sans contenu. Ce n'est qu'une action qui consiste à démanteler des images sans signification et à les réinstaller dans un espace public sous la forme de peinture’ et de ‘sculpture’. Dans la plupart des cas, Public n'est que des bêtises pour les media. Il envoie toutes sortes de textes ou d'images de mauvais goût au public. Il déforme et falsifie tous les contenus que le public recherche afin de satisfaire son propre voyeurisme et son goût pour le mensonge. "Public" est le mot le plus galvaudé dans les médias. Mais le public est toujours absent. Ce qu'il en reste c'est simplement quelques pages imprimées de mauvaise qualité. 

"PUBLIC page 48-49-51" décrit objectivement le lien entre le public et les médias sous la forme d'une absence absolue du public et d'une présentation outrancière.


Traduit de l’anglais par Michel Giordano.

 

 

 

 

Exposition thématique : AINSI DE SUITE I - 1997

108 brigands, 120 toiles (140x115cm). Collection FNAC, Paris
Série de portraits de pêcheurs sétois, 200x200cm

 

Yan Pei Ming - 108 brigands - 1997
Yan Pei Ming - 108 brigands - 1997

 

Il a depuis effectué un parcours dans de nombreuses institutions et galeries et participé à d'importantes expositions internationales. Parallèlement aux portraits des 708 brigands, œuvre inspirée par I'ancien roman chinois Au bord de l'eau, conçue à Sète à la Villa Saint Clair et réalisée à Rome, à la Villa Médicis, Yan Pei-Ming a peint une série de 12 portraits de pêcheurs sètois, ainsi qu'un paysage pour l'exposition “Ainsi de suite“. Il est important de noter que Ming peint rapidement, que ses tableaux, le plus souvent, se donnent et se comprennent dans le rythme d'une succession d'œuvres. Nous sautons de l'un à l'autre. Dans les 708 brigands, par exemple, le nombre est affirmé comme une scansion où nous nous transportons de visage en visage. La peinture ne s'établit pas seulement au centre du cadre mais comme chez Gasiorowski ou Jean-Pierre Bertrand, elle passe entre, principe vivant.
.../... L'homme ou la femme ordinaire, chez Pei-Ming, ont plusieurs vies. Ainsi, son père, peint à de nombreuses reprises, est tous les hommes, joue tous les rôles, sans rien faire que de s'asseoir et de poser chaque jour devant son fils. Il est l'illustre comme l'infâme. Chaque modèle se lie à d'autres pour révéler le divers, le multiple qui renvoient cependant à l'entité primordiale projetée : l'individu. Celui-ci n'est jamais convenu mais toujours matrice ou foyer. L'histoire de ces dernières années nous rappelle son importance comme creuset de l'ensemble des relations, des articulations à l'univers. L'homme se pense à nouveau acteur, non plus objet. M (O. Kaeppelin, CC Issoire, 1996)

 

 

Série de portraits de pêcheurs sétois, 200x200cm
Série de portraits de pêcheurs sétois, 200x200cm

Haut de page

CRAC

CENTRE RÉGIONAL D'ART CONTEMPORAIN OCCITANIE / Pyrénées-Méditerranée

26, Quai Aspirant Herber
34200 SÈTE - France

crac @ laregion.fr
Tel : 33 (0) 4 67 74 94 37
fax : 33 (0) 4 67 74 23 23

Horaires d’ouverture :

Ouvert  tous les jours sauf le mardi, de 12h30 à 19 h - Samedi, dimanche de 14 h à 19 h.

 

 

 

 

Le centre d'art sera fermé pendant l'accrochage de la prochaine exposition collective Tempête du Lundi 25 septembre au Vendredi 24 novembre 2017 à 18h30, jour du vernissage.

 

Invitation au CRAC de Carole Delga - mardi 18/7/2017 19h


Membre de d.c.a. association française du Développement des Centres d'Art

 

MEMBRE DU Réseau d'ARt contemporain     en Région occitanie