Envoyer à un ami |  Imprimer | Contraste | A+ | A- | A=

Artistes

José Antonio Hernández Diez - sans titre, 2000 - Résine acrylique sablée, 400 x 180 cm. Collection Joseph M. Civit - au sol : Miguel Angel Molina - Peinture en forme de flaque de peinture, 2008 - Intervention dans l'espace - Courtesy de l'artiste

José Antonio Hernández Diez

Né(e) en 1964
à Caracas, Vénézuela
Vit et travaille à Barcelone, Espagne


Sin titulo
, 1999
- Sin titulo, 2000.

Au contraire, le corps dans l’oeuvre de Hernández Díez est partiel, absent, suggéré, marginal, monstrueux et « autre ». Bien que depuis les « années pop » la vie urbaine se soit de plus en plus identifiée au mercantilisme de tous les aspects de la vie (y compris l’art) et à l’absorption du corps et de la subjectivité dans les structures dématérialisées du spectacle, l’oeuvre vernaculaire et orientée vers les moyens de communication de Hernández Díez se centre sur les forces résiduelles et corporellement excessives dérivées des dynamiques de pouvoir de l’article de consommation.

Le résultat est littéralement un « corps » de travail, bien qu’inorganique, qui explore les dynamiques obligatoires de la modernité culturelle, sociale et politique des sous-cultures de l’habitat global.

Haut de page