Envoyer à un ami |  Imprimer | Contraste | A+ | A- | A=

Sur terre et sur mer avec le codex seraphinianus

ENGLISH VERSION BELOW

EXPOSITION DU 10 OCTOBRE 2020 AU 3 JANVIER 2021
OUVERTURE* LE 9 OCTOBRE 2020 ENTRE 18H30 ET 21H30

Commissaire de l'exposition : Marie de Brugerolle

Après des études d’architecture, Luigi Serafini élabore, entre 1976 et 1979, le Codex Seraphinianus, oeuvre magistrale, publiée pour la première fois en 1981 par Franco Maria Ricci et rééditée sans cesse depuis. « Livre des livres », cette encyclopédie d’un monde inventé, surréaliste et précurseur d’une humanité hybride, dans lequel plantes, animaux et objets se conjuguent, est un best-seller mondial. Dépassant les frontières du visible et du lisible, mêlant illustrations et écriture, l’ouvrage est une source inépuisable d’inspiration.

Créateur polymorphe, Luigi Serafini collabore entre autres avec Memphis ; peintre, écrivain, ami de Fellini pour lequel il crée l’affiche du film La voce della Luna (1990), grand Satrape du Collège de ’Pataphysique depuis 2016, Luigi Serafini est un passeur entre un certain surréalisme et la poésie de la Beat Generation, les cabinets des merveilles, Proust, Joyce et le monde actuel des réseaux sociaux. Italo Calvino préface l’édition de 1984 du Codex, tandis que son livre Collection de sable est illustré en couverture par le Poissoeil de Serafini. Ce poisson-oeil est par ailleurs devenu un des motifs préférés des jeunes « Serafans » du monde entier, qui se font tatouer cette image, devenue virale en circulant sur les corps.


L’alphabet visuel du Codex Seraphinianus est ainsi déployé pour la première fois en trois dimensions dans un lieu d’exposition et qui plus est dans une institution française. Inspiré par la ville de Sète, Luigi Serafini y installe un univers polymorphe, entre végétal et animal, monde marin et terrien. En trois salles Luigi Serafini propose une traversée entre les mondes. Ses sculptures, ses dessins et peintures, son écriture et sa graphie si singulière, transforment le centre d’art en Codex à l’échelle 1.

« C’était une écriture qui contenait le rêve de beaucoup d’autres écritures » dit l’artiste. Entre lisibilité et visibilité, l’alphabet inventé par Luigi Serafini devient paradoxalement universel parce qu’illisible, traversant ainsi les cultures et les générations, au-delà des frontières.

La commissaire

Marie de Brugerolle est commissaire d’expositions et historienne de l’art. Elle a collaboré avec de nombreuses institutions (Musée national d’art moderne – Centre Pompidou, Museum of Modern Art de New York, Centre National d’Art Contemporain – Le Magasin à Grenoble). Elle
a contribué à une meilleure connaissance de la scène californienne et de ses liens avec l’Europe (premières rétrospectives d’Allen Ruppersberg, John Baldessari, Larry Bell). En 2007, elle conçoit Faire des choses avec des mots / Making Words with Things au CRAC à Sète. Elle collabore régulièrement avec d’autres commissaires et artistes. Ne pas jouer avec des choses mortes avec Éric Mangion (2008, Villa Arson, Centre d’art, Nice),

I Was a Male Yvonne de Carlo, une exposition sur la satire et l’humour en art avec Dora Garcia (2011, MUSAC de León, Espagne), ALL THAT FALLS avec le psychanalyste Gérard Wajcman (2014, Palais de Tokyo, Paris).
Récemment, l’exposition RIDEAUX / blinds (2015, IAC Villeurbanne) questionnait le rideau en tant que paradigme de nos manières de voir à l’ère de l’écran. En 2019, elle réalise le C’BARET, What Not /Speak Easy, événement réunissant 22 artistes, parmi lesquels Asher Hartman, Than Hussein Clark, Andrea Fraser, Nour Mobarak, Brandon Lattu à l’invitation d’Hamza Walker, au LAXART, Los Angeles.

En parallèle, le CRAC Occitanie présente


exhibition from 10 october 2020 to 3 january 2020
opening on 9 october BEETWeeN 6:30 PM AND 9:30 PM

Between 1976 and 1979, after studying architecture, Luigi Serafini created the Codex Seraphinianus, a masterful work first published in 1981 by Franco Maria Ricci and constantly reprinted since then. A “book of all books”, this encyclopaedia of an invented, surrealist world
– heralding a hybrid humanity in which plants, animals and objects combine – is a worldwide bestseller. Going beyond the boundaries of the visible and invisible, mixing illustrations with writing, the book is an inexhaustible source of inspiration.

A polymorphous creator, Luigi Serafini collaborated with the Memphis Group, among others. A painter, writer and friend of Fellini, for whom he created the poster for the film La voce della Luna (1990), and the great satrap of the College of ’Pataphysics since 2016, Luigi Serafini is a smuggler between a certain surrealism and Beat Generation poetry, cabinets of curiosities, Proust, Joyce and the contemporary world of social networks. Italo Calvino wrote a preface to the 1984 edition of the Codex, and the cover of Calvino’s book Collection of Sand bears Serafini’s illustration Poissoeil / Fisheye. This fisheye became a favourite motif of young “Sarafans” worldwide, who tattooed themselves with the image, which went viral by circulating on bodies.

The visual alphabet of Codex Seraphinianus is being presented for the first time in three dimensions in an exhibition space that is moreover a French institution. Inspired by the city of Sète, Luigi Serafini has installed a polymorphous universe midway between the vegetable and the animal, between the marine and earthly worlds. In three rooms, Luigi Serafini offers a crossing between worlds. His sculptures, drawings, paintings, writing and his highly singular written forms turn the art centre into
a scale-model Codex.

“It was a writing that contained the dream of many other writings,” the artist said. Between legibility and visibility, the alphabet invented by Luigi Serafini paradoxically becomes universal because it is illegible, thus crossing cultures and generations, beyond boundaries.

The curator

Marie de Brugerolle is a curator and art historian. She has collaborated with many institutions (Musée national d’art moderne – Centre Pompidou, MoMA in New York, Centre National d’Art Contemporain – Le Magasin in Grenoble). She has contributed to a better understanding
of the California scene and its links with Europe (first retrospectives of Allen Ruppersberg, John Baldessari, Larry Bell). In 2007 she conceived Faire des choses avec des mots / Making Words with Things at the CRAC in Sète. She regularly collaborates with other curators and artists: Ne pas jouer avec des choses mortes with Éric Mangion (2008, Villa Arson, Nice), I Was a Male Yvonne de Carlo, an exhibition on satire and humour in art with Dora Garcia (2011, MUSAC in León, Spain), ALL THAT FALLS with psychoanalyst Gérard Wajcman (2014, Palais de Tokyo, Paris). Recently, the exhibition RIDEAUX / blinds (2015, IAC Villeurbanne) explored the curtain as a paradigm of our ways of seeing in the era of the screen. In 2019, she created C’BARET, What Not / Speak Easy, events bringing together 22 artists, including Asher Hartman, Than Hussein Clark, Andrea Fraser, Nour Mobarak, Brandon Lattu, at the invitation of Hamza Walker (LAXART, Los Angeles).

AT the same time, the CRAC Occitanie presents

* Vernissage : conditions d’accueil susceptibles d’évoluer en raison de la situation sanitaire. Restez informés en consultant les réseaux sociaux et/ou inscrivez-vous à la newsletter

CRAC

Inscription à la newsletter ici
Subscribe newsletter here

Suivre le CRAC Occitanie sur les réseaux sociaux :

CENTRE RÉGIONAL D'ART CONTEMPORAIN OCCITANIE / Pyrénées-Méditerranée

26, Quai Aspirant Herber
34200 SÈTE
- France
crac @ laregion.fr

Tel : +33 04 67 74 94 37

Ouvert tous les jours de 12h30 à 19h
Le week-end : de 14h à 19h
Fermé le mardi
Entrée gratuite

Open weekdays from 12:30pm (except Tuesday)
and on the weekend from 2pm to 7pm

Membre de d.c.a, association française du Développement des Centres d'Art



Membre du réseau d'art contemporain en Région Occitanie



Membre du réseau Plein Sud - Réseau arts visuels du Sud


Partenariats presse